Tours

Avant le Howard Hinton Sevens, parole de bénévoles

Des dizaines de passionnés de rugby encadreront l'événement ce week-end.

Dès ce vendredi, les terrains de la Vallée du Cher de Tours vont se transformer en temple du rugby pour la 21ème édition du tournoi Howard Hinton qui se dispute avec des équipes de 7 joueurs. Avant l'événement, Info-Tours.fr vous propose des portraits des acteurs de l'événement comme Philippe (dit Buiss) et Marielle, 51 et 50 ans, venus de Poitiers...

Pourquoi êtes-vous engagés sur le HH7 ?

Buiss : je suis membre des LCDA et donc co-créateur du HH7 en 1997, ayant connu et joué (en tournoi) avec Howard Hinton, je suis de toutes les éditions depuis l'origine. Au départ responsable de la buvette, j'ai passé le relais au bout d'une dizaine d'années mais je suis toujours dans cette commission.

Marielle : dans l'aventure depuis le début aux côtés des LCDA fondateurs du tournoi, j'ai été bénévole à la buvette ou à la restauration joueurs, puis j'ai participé en simple visiteuse et suis redevenue bénévole à la boutique ces dernières années.

Comment décririez-vous l'ambiance du week-end ? Festif, fun, émouvant, humain, sportif et fatigant !

Racontez-nous comment ça se passe pour vous pendant l'événement?

Buiss : à la buvette, ça ne se passe pas que pendant le week-end, il y a aussi le avant et le après, c'est-à-dire beaucoup de préparatifs et beaucoup de rangement en plus de la présence extensive au cours de l'évènement. Cela nécessite un fort investissement et il faut faire preuve d'endurance, de faculté d'adaptation et de réactivité.

Marielle : à la boutique, je suis exécutante sous l'égide des responsables de cette commission qui assurent ! Le maître-mot, c'est avoir envie d'accueillir, de conseiller et de servir les visiteurs/clients dans la bonne humeur et c'est l'ambiance qui règne à la boutique.

Des anecdote(s) ?

Buiss : le très grand plaisir d'avoir revu les proches de Howie lors de la 20ème édition.

Marielle : le très grand plaisir de voir les LCDA ensemble à nouveau lors de la 20ème édition...Quelques cheveux en moins et quelques kilos en plus !

Qu'est-ce que vous aimez dans le rugby à 7, le HH7 ?

Buiss : Vif, rapide, beaucoup de création de jeu et de spectacle

Marielle : je n'y connais pas grand chose techniquement, mais c'est plus moderne comme jeu et comme ambiance autour de ce jeu.

Que diriez-vous aux Tourangeaux pour les encourager à venir au HH7 :

Un tel évènement dans votre ville ne peut que susciter intérêt et curiosité pour l'aura internationale et la convivialité de ce tournoi. Il y en a pour tous les goûts, que tu aimes le rugby ou pas !

 

On a posé les mêmes questions à Amandine, 24 ans, de Tours...

"Je suis engagée dans le HH7 car j’aime son ambiance familiale ainsi que le rugby. J’ai commencé à être bénévole l’année dernière. J’ai découvert l’évènement par le biais d’amis il y a au moins 5 ans. J’avais pour habitude de passer mon weekend là bas en tant que spectatrice. Quand j’ai vu que le tournoi avait besoin de bénévole je n’ai pas hésité une seconde. L’ambiance est top, tout le monde est là pour se retrouver et s’amuser. C’est devenu une tradition pour beaucoup de joueurs de venir y participer.  

L’année dernière je me suis occupée des déplacements des équipes internationales telles que les américains et les australiens. C’était très enrichissant. L’anecdote : la générosité des joueurs particulièrement australiens qui souhaitaient absolument aller à Clocheville afin d’offrire des cadeaux aux enfants malades. Cela m’a beaucoup touché.

Qu'est-ce que tu aimes dans le rugby à 7, le HH7 ?

Ce que j’aime dans le rugby à 7 : La vitesse, c’est bien plus rapide que le XV.

Que dirais tu aux Tourangeaux pour les encourager à venir au HH7 :

Les Tourangeaux qui ne viennent pas loupent un évènement bien ancré dans la culture de notre région. Ce serait très dommage qu’ils ne se déplacent pas ne serait-ce que pour venir profiter de l’ambiance, un verre à la main.

 

Et le petit mot d'Hervé, 46 ans... "j'aime donner de ma personne pour ce sport et surtout aider Pascal Sassi, président du tournoi. C'est un moment convivial, et moi je m'occupe de la table de marque sur un terrain. Ca permet de bien observer les joueurs : ils sont sérieux mais toujours très détendus.