Tours

Agriculture, animation, aide à domicile… : 16 000 projets d’embauche en Touraine

Plus d’une entreprise sur 5 a l’intention de recruter cette année.

C’est un peu la météo de l’emploi. Chaque année, Pôle Emploi envoie un questionnaire aux entreprises pour savoir si elles ont l’intention d’embaucher dans les 12 mois qui suivent. Ca ne veut pas forcément dire qu’elles publieront réellement une ou des offres mais ça donne une idée de quels secteurs ont besoin de main d’œuvre ou des types de profils recherchés.

Dans un contexte où le chômage est très fluctuant dans notre département (il a encore augmenté en mars même si il reste en repli sur un an, inférieur à la moyenne régionale et en dessous de la moyenne nationale), les nouvelles semblent plutôt encourageantes : presque 16 000 intentions d’embauches ont été recensées suite au démarchage des sociétés, soit environ 3% de plus que pour l’année 2016. Ca signifie plus de 450 recrutements supplémentaires espérés (ces chiffres sont à prendre au sérieux car plus de 3 500 réponses ont été renvoyées à Pôle Emploi, l’échantillon est donc large).

Ainsi, en Indre-et-Loire, 22,5% des entreprises ont bon espoir de faire grandir leur masse salariale d’ici le 31 décembre. C’est même 23% à Tours et Chinon, le record régional étant détenu par le bassin de Blois (1 patron sur 4 pense avoir des besoins de main d’œuvre, seulement 20% vers Loches). Sans surprise, le secteur des services est celui qui est le plus dynamique avec plus de 10 000 intentions d’embauches devant les industries agro-alimentaires et l’agriculture (2 500 projets).

Comme chaque année, une part importante de ces recrutements sont jugés par avance difficiles par les services des ressources humaines : 40% estiment qu’ils vont galérer à trouver la bonne personne, et même quasiment 75% dans le secteur de l’aide à domicile (ménage…), 65% dans l’animation culturelle ou la santé (aides-soignants, auxiliaire de puéricultrice…).

Il est important de noter qu’une large part de ces projets d’embauches concernent des contrats saisonniers, car entre l’agriculture et le tourisme, l’Indre-et-Loire comprend de nombreux professionnels qui ont des besoins sur des courtes périodes. Près d’une offre sur deux sera donc pour quelques temps seulement.

Une fois que Pôle Emploi a ces données en tête, charge à l’administration qui compte 8 agences en Touraine d’en faire bon usage. C’est-à-dire notamment de préparer les demandes réelles des entreprises en formant les chômeurs par exemple : « on cherche à se situer au plus près des besoins des entreprises. On fait en sorte d’anticiper » précise le chargé de projet Jean-Marie Canonici. Et bonne nouvelle : « souvent, les reclassements permettent aux personnes qui retrouvent un emploi d’avoir un poste plus qualifié que le précédent. » A noter que le site emploi-store.fr permet de savoir en temps réel quelles formations sont disponibles.

 

En détail, qui recrute ?

Viticulture, cueilleurs : 1 300 embauches estimées
Animation : 1 150
Aide à domicile : 750
Ouvriers agricoles : 670
Serveurs et commis : 600
Hôtellerie : 420
Aides-soignants : 420
Agents d’entretien et ATSEM : 370
Télévendeurs : 300
Comemrciaux : 280
Secteur hospitalier : 275

 

De plus en plus de recrutements par simulation…

Même si l’on n’a pas de chiffres précis sur le nombre de sociétés qui sont clientes de ce dispositif en Indre-et-Loire, Pôle Emploi confirme que de plus en plus d’entreprises sont adeptes du recrutement par simulation, c’est-à-dire avec des tests pratiques proposés au candidat mais pas de recrutement sur l’expérience ou les formations ; Les entretiens d’embauche réalisés en cas de tests réussis se font d’ailleurs sans CV.

Parmi les entreprises concernées : Lidl, Burger King ou encore une filiale d’AXA installée à Amboise et Civray-de-Touraine : Sogarep Val de Loire. « Des agents de Pôle Emploi suivent un de nos salariés pour identifier les compétences clé et mettre au point les tests » explique Cécilia Houpert, représentant la DRH. « Ca nous permet de recruter des personnes plus motivées, plus impliquées après le recrutement. » Aujourd’hui, l’entreprise compte 568 salariés et a encore 85 projets d’embauches d’ici la fin de l’année, des CDD d’au moins 6 mois (c’est le minimum quand ce type de sélection est mis en place). Il s’agit de postes de chargé clientèle pour gérer des contrats d’assurance.

Olivier COLLET