Tours

Une deuxième formation en journalisme à Tours

Elle sera dispensée dès la rentrée par l’ESTEN, qui propose déjà un bachelor dans l’édition numérique.

En septembre, l’IUT de Tours ne sera plus le seul à proposer un cursus pour les futurs journalistes via l’EPJT, une formation publique et officiellement reconnue par la profession. Du côté de la Cité de la Création et du Numérique installée dans l’ancienne imprimerie Mame, l’ESTEN (qui a emménagé dans ses nouveaux locaux en début d’année) s’apprête à lancer son propre cursus, et est actuellement en train d’aménager les futures salles de cours, le plateau vidéo ou encore un studio radio.

Créée par Emmanuel Roc (qui dirige aussi une société d’édition produisant par exemple des jeux de société), l’école privée enrichit ainsi ses propositions de formation. Aujourd’hui, elle compte une soixantaine d’étudiants pour son bachelor en édition numérique en 3 ans, une formation « reconnue par les professionnels » encadrée par des professeurs tourangeaux ou parisiens et dont l’objectif est de rendre les étudiants rapidement autonomes : « dès leur première année ils sont par exemple capables de concevoir un livre de A à Z » explique Marina Coulon, la responsable des programmes. Des stages complètent d’ailleurs les cours : minimum 1 mois la première année, 3 mois avant le diplôme. Ils sont aussi amenés à travailler directement pour des petites entreprises ou associations afin de muscler leur CV.

Pour le journalisme, le modèle sera différent mais inspiré sur ce qui fonctionne déjà aujourd’hui à l’ESTEN. A la différence du bachelor, les candidats ne peuvent pas postuler juste après le bac, ils doivent déjà avoir un niveau licence. Ils auront ensuite 4 semestres de cours, pour un total de 1 700h (mixant théorie et pratique) : « ce sera un mastère très intense, c’est presque deux fois plus que d’autres formations » explique Marina Coulon. Point important : même si les bases du journalisme seront enseignées (méthodes d’enquête, presse écrite, radio, culture générale…) l’accent sera mis sur la vidéo. L’idée étant de voire naître des profils de reporters d’images, et même de documentaristes, des futurs professionnels polyvalents (capables de tourner, de monter voire d’écrire un documentaire) qui auront chacun du matériel à disposition pour partir en reportage, par exemple.

L’idée de ce programme spécifique, différent des autres écoles de journalisme, est de s’adapter à l’évolution du métier mais aussi de la consommation de l’image : « les chaînes de télévision ont besoin de nouveaux contenus » explique la responsable des programmes. Les professeurs seront issus du milieu journalistique local ou national, des partenariats sont aussi en projet avec les médias, là-encore dans l’objectif d’accueillir des stagiaires pour que les étudiants soient parfaitement armés au moment où ils rechercheront leur emploi dans un secteur où les embauches ne sont pas si fréquentes. « On cherche de gros bosseurs, des étudiants qui seront en immersion. Des jeunes curieux, qui veulent en apprendre tout au long de leur vie. »

16 places sont proposées pour la première promotion Journalisme de l’ESTEN qui fera sa rentrée en septembre. A noter que la formation coûte 6 500€ pour un an, que les inscriptions se font par ici jusqu’au 15 mai en attendant les tests (épreuves écrites et entretiens de motivation) du 29 au 31 mai.

Olivier COLLET