Tours

Quelles nouveautés pour Vitiloire 2017 à Tours ?

Le grand week-end du vin c’est dans un mois, les 27 et 28 mai.

L’actualité de la vigne en ce moment en Indre-et-Loire, c’est le problème du gel. Et en plus, un an après le gros coup de froid qui a décimé la récolte du millésime 2016, ça recommence avec des dégâts sur Amboise, sur Chinon, sur Bourgueil... Et pourtant, en cette année 2017, les vignerons répondront présent toujours aussi nombreux pour la 15ème édition de Vitiloire à Tours les 27 et 28 mai. Ils seront 136, dont une dizaine de nouveaux arrivants, preuve que la profession tient à ce rendez-vous qui draine au moins 35 000 visiteurs les bonnes années même si certains s'absentent suite à leurs difficultés de trésorerie ou l'absence de production...

On rappelle en une phrase le concept de Vitiloire : de la gare de Tours aux jardins de la Préfecture d’Indre-et-Loire, on croise des vignerons venus de 79 appellations du Val de Loire et on peut déguster leurs productions avec un verre vendu à 5€, sachant que 10 000 bouteilles sont ouvertes en 48h (avec modération, bien sûr). Et en plus des 136 vignerons, on trouve une vingtaine d’autres stands tout aussi gourmands les uns que les autres, parce que les accords mets et vins c’est la santé.

Ajoutez à cela des ateliers de dégustation (y compris pour les enfants, à base de raisin), un restaurant plutôt haut de gamme dans les jardins privés de la préfecture (mais ouvert à tous) ou encore des randonnées et vous avez le tableau complet d’un week-end destiné à mettre en valeur le Val de Loire auprès de ses habitants et de ceux qui ont envie de le découvrir (une campagne de pub aura une nouvelle lieu dans le métro parisien cette année afin de faire venir du monde d’ailleurs).

« Sur le week-end, on peut vendre jusqu’à 200-240 bouteilles par vigneron » nous dit-on pour montrer le potentiel de la manifestation. Si on fait un peu de mathématiques, ça peut représenter entre 25 et 30 000 bouteilles laissées dans les mains des visiteurs, donc pas loin d’une par personne (sachant que pas mal repartent avec des cartons entiers). A noter : la part importante des viticulteurs présentant des vins bio et naturels.

Avec 15 éditions, Vitiloire est donc bel et bien ancré dans le paysage des manifestations tourangelles du printemps mais doit aussi faire en sorte de se renouveler un peu chaque année pour continuer à attirer son monde. Pour 2017, rien de transcendant mais quelques aménagements comme une randonnée dans la ville de Tours, autour de la vigne et du vin, avec des haltes dégustation. L’atelier de dégustation sera aussi rendu plus visible, un espace dédié aux épices et plus particulièrement aux poivres vaudra sans doute la peine de s’y arrêter. Et, cette année, non seulement on pourra gagner des barriques décorées aux couleurs de la Touraine et à recycler à la maison comme mange de bout mais en plus, 4 skates personnalisés par une jeune femme artisan à Chinon (Melody Board) seront aussi à remporter grâce  un concours. Un mot du bar des millésimes : les vignerons offriront des bouteilles et le bénéfice de la vente des verres ira à la Maison des Enfants de Clocheville.

Sinon, terminons par l’une des attractions toujours très populaire de Vitiloire : l’Atelier des Chefs, c’est-à-dire ces chefs tourangeaux qui viennent cuisiner en direct, partager leur savoir-faire et leurs recettes devant le public. Cette année, signalons la présence de Vincent Simon (Restaurant Vincent Cuisinier de Campagne) venu de Coteaux-sur-Loire où il développe un concept plus qu’original (et là il mettra la géline de Touraine à l’honneur dans une tourte avec foie gras et jus aux herbes folles). On verra aussi Nicolas Léger le pâtissier, le chef de l’Arôme Mickaël Téluk ou encore l’excellent patron du Martin Bleu, Florent Martin ((il mariera le mulet de Loire avec des escargots). Au total ils sont 10, et on vous en présentera quelques uns bientôt plus en détails. En attendant, vous pouvez toujours faire un tour sur le site de Vitiloire.

Olivier COLLET