Tours

Soir de présidentielle, ambiance au dépouillement à Tours

Le reportage et les photos d'Info-Tours.fr.

Il est 18h57 au gymnase Anatole France de Tours : les derniers votants se dirigent tranquillement vers les isoloirs. Sans se presser, malgré la clôture imminente du scrutin présidentiel ouvert 11h plus tôt. Près de la table où sont disposés les bulletins des 11 candidats de ce 1er tour, un vieil homme semble un peu perdu, on demande de l'aide pour l'assister dans son devoir de citoyen. A 19h pile, plus personne ne rentre et les portes ferment. Seuls sont autorisés à glisser un bulletin dans l'urne ceux arrivés dans la salle avant l'heure fatidique. On attend un peu avant de clôturer les urnes, un des assesseurs tire les rideaux des isoloirs pour vérifier qu'ils sont bien vides... La deuxième partie de la journée commence.

Alors que les premières estimations officielles et nationales ne seront dévoilées qu'à 20h, quelques curieux sont là pour dénicher les premières tendances en provenance de ces trois bureaux de centre-ville installés au sein du gymnase. Un échantillon comme un autre, dont on verra plus tard qu'il est représentatif de la ville mais pas du département et encore moins du pays.

Ca cafouille un peu dans l'organisation... Sous l'oeil de deux adjoints au maire (Christophe Bouchet et Thibault Coulon), on recompte le nombre de votants. Pas question d'ouvrir les urnes avant le signal. Une fois les enveloppes sur la table, il faut les compter et les recompter. On fait des tas de 10, puis de 100. On vérifie, on revérifie : "à chaque erreur, il faut tout recommencer" prévient un président de bureau, solennel.

Chaque groupe s'organise dans son coin, autour de ses tables. Dans l'assistance, pas mal de jeunes, des familles et des retraités... Une maman allaite son bébé et surveille sa fille du coin de l'oeil alors qu'elle fait de la trottinette sur le terrain de sport. A l'accueil, on commence à ranger pendant que Thibault Coulon cherche à tout prix des élastiques pour ses tas de bulletins. Il finira par les trouver puis par les distribuer généreusement à ses collègues. Christophe Bouchet fait les 100 pas, un oeil sur son téléphone, l'autre sur les opérations de comptage.

Mine de rien, ce petit manège a pris du temps et le 1er bulletin dépouillé n'est lu à haute voix qu'à 19h30. L'histoire retiendra qu'il était en faveur de François Fillon, ce qui n'a pas été si fréquent ce 23 avril à Tours. L'organisation se peaufine au fur et à mesure : 1 personne ouvre l'enveloppe, une seconde lit le bulletin, deux autres notent et s'arrêtent tous les 10 ou 20 bulletins pour vérifier. Rapidement, les piles pour Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon s'épaississent. Une tendance qui se confirme tard dans la soirée : les deux hommes sont en tête à Tours, bien devant François Fillon et Marine Le Pen. En revanche, au niveau départemental, c'est François Fillon qui suit le représentant d'En Marche, Mélenchon n'étant que 3ème. Résultat différent de la moyenne nationale donc, celle qui voit Macron en N°1 et Le Pen en numéro 2, tous deux qualifiés pour le second tour.

Tours a mis beaucoup de temps à dépouiller ce vendredi soir. A la mairie, au point central, on attendait encore une vingtaine de bureaux à 23h. Alors que l'autre grande ville de la région, Orléans, avait déjà fini depuis un bon moment. Info-Tours.fr vous propose quelques instantanés de cette soirée pas comme les autres appelée à se renouveler dans 15 jours avec le second tour... Ci-dessous, des photos de Delphine NIVELET à l'hôtel de ville et d'Olivier COLLET à Anatole France...