Tours

Les grandes ambitions du Festival International du Cirque de Tours

17 000 spectateurs sont attendus du 29 septembre au 1er octobre.

Le producteur du 1er Festival International du Cirque de Tours Michel Delaruelle est honnête : « on ne rivalisera pas avec le Festival du Cirque de Monte-Carlo et ses 4h de représentation ». Cependant, l’événement est taillé pour se faire une place importante dans l’agenda tourangeau voire national, avec l’objectif de faire de Tours une ville vitrine du monde circassien en France voire en Euope, comme peut par exemple l’être celui de Massy en Île-de-France avec ses 25 éditions au compteur. « L’objectif est que cela devienne un événement annuel » a ainsi précisé le président de la métropole Philippe Briand qui met 150 000€ sur la table (+ 10 000€ du département et le soutien de mécènes privés) pour monter ce week-end de spectacles du 29 septembre au 1er octobre.

Tout se passera sur la Plaine de la Gloriette où s’installera « le plus grand chapiteau d’Europe » venu d’Angleterre avec ses 2 500 places (il se dit que les meilleures ne sont pas forcément dans les loges or au nom trompeur mais dans les « fauteuils face »). En 3 jours, 7 représentations sont programmées et donc 17 000 spectateurs espérés, plus les enfants invités le jeudi après-midi pour la répétition générale (au moins 1 classe pour chaque commune de l’agglomération, avec possibilité de rencontrer les artistes et les animaux). Dans le public, outre les Tourangeaux, de nombreux programmateurs sont aussi annoncés pour repérer des troupes à faire venir ensuite dans d’autres événements, « et le festival a déjà reçu des échos dans la presse à l’étranger. On entend aussi dire qu’il sera digne de Monaco » assure Michel Delaruelle que Tours Métropole a engagé suite à un appel d’offre pour gérer l’organisation de ce week-end.

Alors pourquoi investir le domaine du cirque, déjà exploité par plusieurs autres villes ? C’est le président Briand lui-même qui affirme avoir eu l’idée en mémoire de sa jeunesse, lorsqu’il livrait le cirque Pinder installé à Chanceaux-sur-Choisille et qu’il gardait cette mission pour sa fin de journée afin de passer du temps auprès des artistes et des animaux, « c’est là que j’ai appris que les girafes mangeaient des oignons. » Et puis, dit-il, « l’art lyrique ou la BD c’était déjà pris. »

« Le cirque ça plait aux grands, aux enfants et aux petits enfants. C’est une dimension qui manquait à Tours. Je veux qu’on en parle davantage, qu’on installe une tradition, qu’on donne du rêve. Que cela fasse venir du monde et que, dans quelques années, on imagine d’autres choses autour comme un village gourmand, des hébergements… » Oui, l’élu est persuadé d’avoir trouvé le bon filon.

Le programme ? 14 numéros et un spectacle qui durera 2h15 avec Olga et Lacy Simet (Ukraine), « des cosmonautes en état d’apesanteur, des artistes extraterrestres. » ; l’Allemande Adriana Folco et ses deux éléphants : « une histoire d’amour entre une dresseuse de 45 ans et ses deux animaux qui ont 40 ans. Il réagissent simplement à la voix, ils sont en harmonie parfaite. » Suivra aussi André Stykan (République Tchèque), équilibriste primé à Monaco il y a deux ans ; Sorana et Redi Cristiani (Italie) et leurs tigres ; Les Frères Taquin (Belgique), une comédie participative avec des automates ; Cusadie Fochesato (Portugal) pour un numéro « surprenant » de perroquets auquel les enfants peuvent se joindre…

Le moment qui sera sûrement très impressionnant ce sera le show de Colombia Super Bikers conjugué à celui de la Global Extreme Team (Brésil), « des motos dans une sphère de 4m. Elles vont virevolter dans la boule, c’est très précis, il y a un accident au moindre faux pas. Les motos vont même passer au-dessus du globe en s’élançant depuis l’espace d’accueil. » Des Russes seront là aussi avec Dolce Vita, où des artistes changent de costume en quelques secondes. 4ème et dernier numéro animalier : Amedeo Folco (Allemagne) qui marie chameaux et chevaux pour une farandole, avec « le plus jeune dresseur d’Europe. »

Sur la liste encore : Elisa, venue d’Argentine, capable de se contorsionner comme personne et de terminer son numéro enfermée dans une boîte de 70cm par 70cm. Les Rivelinos (Espagne) seront les clowns du week-end avec leurs nez rouges et leurs parodies musicales ; le séduisant Pierre Marchand sera le seul Français en piste avec son numéro de diabolo (il a été pendant 7 ans pensionnaire du Moulin Rouge). Enfin, venue de Colombie, la Troupe Robles fera du funambulisme « à dresser les poils sur les bras » avec 7 artistes sur un même fil.

Avec tout ça, Tours veut donc créer « un phénomène médiatique », plusieurs trophées (dessinés par la Tourangelle Laurence Dréano) seront remis, dont un par un jury d’enfants (66 enfants, trois par commune de l’agglo). Enfin, grâce à Magie à l’Hôpital, le Lions Club ou Cultures du Cœur, des enfants malades pourront venir dans les gradins pour voir le spectacle. A noter que les places sont d’ores et déjà en vente dans les points de vente habituels ou au 03 44 90 00 12 pour les loges.

Olivier COLLET

A lire aussi : notre autre article publié merecredi / Photo : François Dehurtevent.