Tours

Erotisme, Tours Evénements, engueulades : les petits échos du conseil municipal de Tours

Il se réunissait ce lundi après-midi à l’Hôtel de Ville, avec le gros dossier du budget comme principal point à examiner.

Avant même le premier débat, l’élu d’opposition Pierre Commandeur (Tours 2020) a déploré que, malgré le respect de la loi en la matière, les éléments détaillés du budget étaient arrivés peu de temps avant la réunion de ce lundi, empêchant certains élus de préparer leurs questions en amont. Le maire a promis de faire des efforts.

Il y a du changement du côté de Tours Evénéments, un « fleuron pour l’attractivité de la ville » dixit Serge Babary : la société qui gère le Vinci et le parc expo (qui s’enrichit d’ailleurs d’un nouvel espace d’exposition baptisé l’Orangerie, dont l’inauguration est prévue vendredi). Alors qu’aujourd’hui il y a un président du directoire (Denis Schwok, avec un vice-président (récemment licencié) et un conseil de surveillance, on va désormais avoir un directeur général (à priori toujours Denis Schwok, au moins pour l’instant) assisté d’un conseil d’administration qui comportera 8 membres issus de la ville de Tours.

Un salon accueilli par les structures de Tours Evénements s’est invité ensuite dans la discussion : celui de l’érotisme. L’élu EELV Emmanuel Denis a trouvé que les publicités représentant des femmes dénudées placardées dans la ville « parfois près des lycées » à quelques jours de l’événelent montraient une image dégradante des femmes. « J’entends bien », a répondu le maire de Tours, « si vous voulez devenir le Père La Pudeur c’est votre affaire. C’est vrai qu’on peut discuter de l’intérêt et l’intelligence de ces affiches. A l’avenir on fera le nécessaire pour qu’il y ait un respect du corps de la femme. »

Emmanuel Denis, toujours... Il a proposé de faire des immeubles avec des toits végétalisés dans le futur quartier des casernes qui doit voir le jour à l’ouest de la ville. Et d’augmenter la surface des espaces verts. Ce n’est pas complétement tombé dans l’oreille d’un sourd, selon le maire.

Polémique ! Pierre Commandeur (Tours 2020) a évoqué une « droitisation » de la majorité de Serge Babary sur sa façon de réagir. Gros émoi dans l’assistance auprès des élus de la droite et du centre, « comment on doit le prendre ? »... Mais la rumeur du conseil a atteint son apogée quand la socialiste Monique Maupuy a juré que l’équipe de Jean Germain avait mis de l’argent de côté pour régler le problème du swap toxique.

Qui a la plus longue... intervention ? Grosse bataille pour savoir qui parle le plus longtemps entre l’écolo Emmanuel Denis et le communiste Pierre Texier, avec dans les deux cas une faculté à faire en fait un tour de l’actualité municipale tout en s’éloignant du sujet de départ qui était le budget. Chacun maniant par ailleurs le suspense en indiquant la fin de son propos puis en poursuivant encore un bon moment. Verdict : avec 25 minutes, l’élu PCF l’emporte haut la main. On plaide très sérieusement pour une limitation des interventions à 3 minutes (comme à la région) ou à la rigueur 5 minutes pour qu’elles gagnent en clarté et en efficacité, surtout... A bons entendeurs...