Tours

Un mini Conseil Régional près de la gare de Tours

Il est notamment dédié aux entrepreneurs.

Une longue file de voitures est garée sur la voie piétonne qui passe devant le Grand Hôtel de Tours, le Simply Market et la Café Le Congrès. Pas de doute : pour qu’autant de véhicules puissent rester là avec la bénédiction des autorités alors qu’il y a un parking souterrain juste en dessous c’est qu’il se passe quelque chose « d’important ». Là, au 2ème étage du N°3 de la Place du Général Leclerc, on tombe sur une secrétaire d’Etat : Estelle Grelier (chargée des collectivités territoriales). Aux côtés du président du Conseil Régional ou encore du maire de Tours, elle est venue inaugurer « L’Espace Région Centre-Val de Loire » qui vient de s’installer dans le bâtiment.

Les élus nous parlent « de décentralisation décentralisée ». En clair, désormais, toute la politique régionale n’est plus gérée depuis Orléans. C’était déjà un peu vrai avant mais c’était discret (les personnels étaient dans des locaux à Tours Nord). Là, en plein cœur du centre-ville, il sera possible de venir les voir facilement. Et c’est le but car les bureaux accueillent notamment Dev’up, l’agence de développement économique. Les chefs d’entreprises qui ont des projets pourront donc se rendre dans ces locaux pour les soumettre à la région afin de décrocher un éventuel soutien. Les agents en charge des transports (une grosse dizaine) vont aussi prendre leurs quartiers sur le site d’ici la rentrée de septembre.

A l’occasion de cette inauguration, nous avons rencontre le président PS de la région, son interview est à lire ici.

Ajoutons qu’en matière d’économie, la région Centre-Val de Loire espère développer massivement l’apprentissage. Une trentaine de personnes sont ainsi charger de convaincre les chefs d’entreprise d’embaucher des apprentis pour les former « et ainsi avoir une vision pour leur recrutement futur » plaide le président du Conseil Régional François Bonneau. Aujourd’hui, seuls 10% des entreprises ligériennes ont un ou plusieurs apprentis dans leurs effectifs. Et pourtant, depuis peu, il est possible d’en recruter jusqu’à l’âge de 30 ans. Un dispositif testé en avant-première en Centre-Val de Loire.