Tours

La Croix Rouge reprend le foyer Albert Thomas

Ce sera effectif à partir de début mars.

Presque deux mois après le placement en liquidation judiciaire de l'association qui gérait le foyer Albert Thomas de Tours, la préfecture d'Indre-et-Loire a fait connaître ce lundi le nom du repreneur choisi pour prendre sa suite.

Rappel des faits : quelques jours avant Noël, on apprend que l'association qui s'occupe de ce lieu proposant 36 places d'hébergement d'urgence a un trou d'au moins 60 000€. La préfecture et la ville de Tours ouvrent alors un gymnase pour héberger les résidents (SDF, demandeurs d'asile). Très peu y vont, et la plupart choisissent d'occuper le lieu afin de faire pression sur les pouvoirs publics afin de garantir la pérennité du foyer. Un bras de fer s'engage alors avec manifestations, importante mobilisation syndicale et associative mais aussi propos politiques cash, notamment de la part du maire de Tours (la ville est propriétaire des locaux).

Finalement, en janvier, la préfecture annonce qu'un appel à projets est lancé pour reprendre les 36 places d'hébergement et la municipalité indique qu'elle est toujours disposée à ce que le bâtiment reste un foyer dédié à l'hébergement d'urgence. 4 associations ont répondu à l'appel des services de l'Etat qui indiquent donc que leur choix s'est porté sur la Croix Rouge. Dans un premier temps, c'est pourtant l'Entr'Aide Ouvrière qui semblait la mieux placée pour poursuivre l'activité.

La nouvelle association sera officiellement à la tête du foyer début mars. Dans son communiqué, la préfecture indique qu'elle prendra prochainement contact avec la vingtaine de résidents encore sur place "pour les rassurer sur leur prise en charge" (les 17 autres ont été orientés vers des Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile ou d'autres structures). Reste à connaître le sort de la demi-douzaine de salariés du foyer, dont la situation a aussi fait débat. Seront-ils repris par la Croix Rouge ?