Tours

Nicolas Dupont-Aignan : "on ne peut pas laisser la France aux mains d'Emmanuel Macron"

Interview du candidat de Debout la France à la présidentielle avant son meeting à Tours mercredi.

L'Affaire Fillon prend des proportions inattendues avec l'accusation d'un coup d'état institutionnel orchestré par la gauche, qu'en pensez-vous ?

Jamais nous n'avons eu une élection présidentielle suspendue à des décisions de juges. Les dirigeants Les Républicains n'ont pas le droit de prendre en otage le peuple de droite et la France en tergiversant des semaines sur cette affaire. Le risque d'en reprendre pour cinq ans de socialisme doit appeler chacun à la responsabilité. Nous ne pouvons pas laisser la France aux mains d'Emmanuel Macron. J'appelle les Français à me rejoindre autour d'un projet d'indépendance nationale, de moralisation de la vie publique, de rétablissement de l'ordre et de baisse d'impôts massive pour relancer l'emploi.

Fillon, Macron, Hamon, Le Pen... la messe semble entendue, quelle est votre stratégie pour créer un espace ?

Tous ceux qui ont gouverné depuis trente ans ont été battus aux élections. C'est la fin d'un monde d'une classe politique qui a ruiné le pays, oublié les Français et capitulé devant une mondialisation inhumaine. Une alternative l'emportera en mai, c'est une certitude. La question est de savoir laquelle. Celle de M. Macron qui a le projet de M. Hollande en pire ? Certaines ruptures se font dans le drame, d'autres dans le calme. J'invite les Français à choisir la plus sérieuse, celle que j'incarne. Les Français veulent un candidat dont la solidité des convictions et l'exemplarité des comportements n'ont jamais été remises en question. Il y a urgence à se rassembler autour d'un projet gaulliste, patriotique et républicain pour éviter que des marchands d'illusions prennent le pouvoir. D'ailleurs, je constate de nombreux ralliements et adhésions en ce moment. J'appelle tous les électeurs de droite, et au-delà, tous ceux qui aiment la France, à rejoindre ma candidature pour relever le pays.

Fin de l'emploi des proches dans les staffs politiques, casier vierge pour être candidat quelque soit l'élection, quitus fiscal et social pour tous les candidats... votre position ?

Rendre le pouvoir au peuple français, c'est nécessairement passer un grand coup de balai dans une classe politique qui a abîmé le bien commun. Les Français méritent des élus vierges de toute condamnation, dévoués à l'intérêt général ! Je propose également la prise en compte du vote blanc, l'organisation de référendums d'initiative populaire, la réduction du nombre de parlementaires, tout comme la suppression des privilèges des grands élus.

Le mandat unique... indispensable ? impensable ?

Je suis favorable à l'interdiction du cumul des rémunérations. Néanmoins, l'instauration du non-cumul des mandats va aboutir à l'élection de députés godillots hors-sol aux ordres des grands partis et des lobbies. Mon expérience de maire le mieux élu de France, à Yerres, au contact des habitants, me permet d'être un député enraciné. J'ajoute que la loi sur le non-cumul ne concerne pas les députés installés chaudement dans un cabinet d'avocats d'affaires. Tout ceci est hypocrite. Laissons le peuple choisir. Si vraiment il ne veut pas d'élus à la fois maire et député, il n'aura qu'à les faire battre dans les urnes.

Quelle stratégie pour redorer la classe politique française face à des Français qui ne croient plus en la parole publique ?

Défendre les intérêts des Français et redonner un sens à la politique. Depuis trop d'années, les gouvernements successifs ont parlé mais peu agi. Cette impuissance publique s'explique notamment par le transfert à l'Union européenne des principaux pouvoirs. Il faut les rendre aux Français, ce qui n'interdira en rien de construire une Europe utile des Nations et des projets. Je dis aux Français : c'est à vous de reprendre le pouvoir en exigeant des dirigeants qui servent sans se servir. Réappropriez-vous cette élection et arrêtez de voter pour des hommes et femmes politiques qui vous font souffrir depuis 30 ans ! D'ailleurs, j'appelle les Français à se mobiliser pour demander des débats avec tous les candidats à la présidentielle, comme ceux organisés pour les primaires des Républicains et du Parti socialiste. C'est une nécessité pour combattre l'abstention.

Quels sont les axes forts selon vous pour redresser le pays ?

Tout le sens de mon projet, tout le sens de ma candidature : sauver la France, faire revivre notre civilisation, et donner une nouvelle espérance. Mon projet tient en plusieurs axes. D'abord, je veux rendre le pouvoir aux Français. Ensuite, je veux rétablir l'ordre par exemple en mettant en œuvre l'impunité zéro pour les délinquants. Il faut aussi expulser les délinquants étrangers et rendre obligatoire 5 ans de travail légal pour qu'un étranger puisse prétendre aux aides sociales. Par ailleurs, je veux récompenser le travail. Je propose d'augmenter de 100 euros par mois les 6 millions de retraités les plus modestes, en utilisant l'excédent de 8 milliards versés chaque année à l'Union européenne. Il faut aussi réserver 75% de la commande public à des entreprises françaises. Enfin, je veux donner sa chance à chacun par exemple en refondant l'Ecole de la République, celle du mérite et de l'effort, et en assurant le maintien des services publics dans les zones rurales. Ce projet est enraciné, nourri de la vie quotidienne de nos compatriotes. Il est concret, sérieux et entièrement chiffré.

Propos recueillis par Laurenjt Guillaumé

Nicolas Dupont-Aignan sera en meeting aux Halles de Tours mercredi 8 février à 18h30.