Tours

Surprise politique : Françoise Amiot démissionne à Tours et rejoint Macron

La désormais ex-élue avait été écartée des législatives par Les Républicains.

Fière de fêter la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre en novembre dernier parce qu'elle l'avait soutenu de bout en bout pendant sa campagne, la Tourangelle Françoise Amiot espérait un retour de grâce avec une investiture au nom du parti Les Républicains pour les législatives à Tours. Raté : c'est sa collègue adjointe à la mairie de Tours Céline Ballesteros qui a obtenu la place, confirmée d'ailleurs la semaine dernière au conseil national du parti.

L'adjointe en charge des finances étant déterminée à briguer un poste de députée au nom de la droite, elle a toujours annoncé qu'elle se présenterait quoi qu'il arrive à ce scrutin. Mais c'était délicat de le faire en tant que dissidente contre une autre représentante de son propre parti. Du coup Françoise Amiot a manoeuvré et vient de se donner les moyens de prendre un nouveau départ dès ce vendredi en annonçant par communiqué sa démission de tous ses mandats (à la ville et à l'agglo) + son départ du parti LR dont elle était en prime conseillère nationale. Tout ça pour rejoindre... En Marche, le mouvement d'Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle classé bien plus à gauche sur l'échiquier politique.

Dans le texte publié sur Facebook on peut lire que les récents événements "ont définitivement rompu la confiance que le maire de Tours et son adjointe Françoise Amiot avaient construite". Et la nouvelle marcheuse d'annoncer qu'elle est  "convaincue qu'Emmanuel Macron incarne une nouvelle façon de faire de la politique, intégrant en particulier, en toutes circonstances, l'avis des militants de terrain, et qu'il s'inscrit résolument, avec une adhésion populaire de plus en plus forte, dans l'avenir de notre pays." Tout ça avec "enthousiasme."

Moins de 2h après ce coup de théâtre assez fracassant, le maire de Tours Serge Babary s'est fendu d'un communiqué pour "regretter" cette décision et saluer les "qualités humaines" de l'adjointe qui a notamment préparé les budgets de la ville pendant 3 ans et géré les questions de patrimoine (elle était encore, pas plus tard que ce jeudi, présente lors d'une conférence de presse sur l'application Géomotifs). "Je ne commenterai pas son changement de formation politique, craignant qu’il s’agisse d’une réaction face à des ambitions personnelles déçues. L’administration municipale s’est d’ores et déjà attelée aux ajustements que nécessite ce changement au sein de l’équipe municipale. Les nominations au sein des différentes commissions interviendront dans les prochains jours" ajoute l'élu.

Outre la nécessité d'un remaniement au sein de l'équipe municipale, et la défection d'une adjointe sérieuse et rigoureuse, le départ de Françoise Amiot et sa migration politique surprenante posent d'autres questions : quid des autres membres de la majorité tourangelle qui l'ont soutenue récemment (Thibault Coulon notamment) ? Vont-ils eux aussi quitter Les Républicains et aller voir ce qu'il se passe chez les Macronistes ?

D'ailleurs, on en pense quoi chez En Marche de ce ralliement ? Le N°1 du mouvement en Touraine, l'ex socialiste Philippe Chalumeau, déclare par communiqué qu'il a appris l'arrivée de Françoise Amiot à ses côtés via son post Facebook et en "prend acte" très sobrement. Ce même Philippe Chalumeau que l'on aurait bien vu candidat aux législatives à Tours pour suivre le mouvement Macron va-t-il bientôt s'afficher avec Françoise Amiot et la laisser se lancer dans la bataille en la soutenant ? Ou Françoise Amiot va-t-elle revoir ses ambitions ? Ni l'un, ni l'autre n'ont pour l'instant répondu en détail à nos questions... Mais le feuilleton n'est sans doute pas encore terminé.