Tours

Foyer Albert Thomas : nouvelle manifestation samedi 21

Le comité de soutien a souhaité répondre au préfet.

Suite à notre article relayant les propos du préfet d'Indre-et-Loire et du maire de Tours concernant l'évolution de la situation du foyer Albert Thomas de Tours, le comité de soutien aux résidents et aux salariés a répondu au représentant de l'Etat dans une lettre ouverte évoquant "des attaques et des calomnies".

"Contrairement à vos accusations, le Comité de Soutien, ne « fait pas la loi », mais il œuvre pour que les droits des résidents et des salariés soient respectés" peut-on lire dans ce courrier qui donne une autre version des faits : "La DDCS 37 n’a jamais été empêchée, contrairement à ce que vous affirmez, de rencontrer les résidents au sein du foyer. (...) Les résidents ont été informés à 11h le 11 janvier 2017, par voie indirecte, alors même qu’ils vous réclament un rendez-vous au foyer ou dans vos locaux depuis maintenant trois semaines, de la venue de la DDCS 37 à 14h le même jour. Votre secrétariat a tout de suite été informé de leur indisponibilité immédiate et de leur demande de reporter le rendez-vous au lendemain afin de pouvoir informer l’ensemble des résidents d’être présents. Ils ont été assurés de la transmission du message. C’est la même demande de report qui a été relayée à la délégation qui s’est malgré tout déplacée au foyer."

La question des salariés est également évoquée : "il est scandaleux de leur faire assumer la liquidation de l’association" est-il écrit, le comité estimant que la mairie et la préfecture ne pouvaient pas ignorer les difficultés économiques du foyer (une expertise des comptes serait en cours). "De plus, les salariés vous avaient déjà alerté par courrier le 19 juillet 2016 de leurs inquiétudes dans ce sens. Malgré les circonstances, ils ont correctement assumé leurs missions professionnelles (acceptant notamment d’assurer le « service minimum » demandé par le liquidateur) contrairement aux véritables responsables, Monsieur MOINDROT, le président d’« Accueil Albert Thomas », Monsieur CHARDIN, son trésorier, et Monsieur GONDRANT, son responsable du personnel".

Rejoint par plusieurs associations, partis politiques et syndicats, le comité appelle à manifester de nouveau samedi 21 janvier à 15h, Place Jean Jaurès. La semaine dernière, sous la pluie, près de 300 personnes s'étaient déplacées. Pendant ce temps, les démarches continuent pour tenter de convaincre un repreneur. Deux structures en auraient les capacités : l'Entr'Aide Ouvrière et Emergences. Reste à voir qui déposera un dossier. La préfecture a par ailleurs indiqué qu'elle serait vigilante sur leur contenu.