Tours

LEGISLATIVES A TOURS : Les communistes ciblent les jeunes

Campagne sur Snapchat, vidéos, candidat titulaire de 22 ans… Le PCF se modernise tout en restant fidèle à ses valeurs historiques.

Pour les législatives de 2017 à Tours, le slogan choisi par Léonard Léma et sa suppléante Marie-Pierre Cuvier qui  proposent leur candidature au nom des communistes d’Indre-et-Loire est intelligent et révélateur du climat politique français : « depuis quand n’avez-vous pas voté avec le sourire ? ». La cible est toute désignée : « on veut parler à l’électorat qui n’a plus l’habitude d’aller voter, ceux qui s’abstiennent… surtout les jeunes » explique Léonard Léma, étudiant, figure de la lutte contre la loi Travail à Tours (toujours en tête des cortèges) et qui se vante d’avoir fait renaître le mouvement des Jeunes Communistes ici : « 5 ans après mon arrivée, on est une centaine. On a des bases à l’université et même au lycée Grandmont ou à Amboise. »

Souriant, bel homme, plein de répartie… Léonard Léma n’en est pas à sa première campagne et ne se laisse pas décourager : « les gens rejettent totalement la politique des partis actuels. Ce que l’on veut, c’est remettre le peuple au centre des décisions, faire une campagne innovante. Ce n’est pas juste mettre un jeune sur le devant de la scène, c’est montrer que le communisme propose des idées neuves. On va le faire en jouant à fond avec les nouveaux moyens de communication, Facebook, Twitter, Snapchat… On va aussi publier des vidéos régulièrement, une à deux par mois. »

« Nous ne sommes pas que des trublions, nous sommes ambitieux » lance encore l’étudiant : « le but c’est que les gens se reconnaissent dans cette campagne. » Pour l’instant, le logo du parti ne figure pas sur les affiches. On y trouve un autre sigle : un triangle rouge « qui représente la lutte et l’espoir » dans un rond bleu « qui symbolise le peuple. » Au-dessus, 10 lettres et 4 chiffres : Démocratie 2017. « On va s’appuyer sur le programme La France en Commun édité par le PCF avec des propositions pour développer les services publics, la protection de l’environnement ou une réforme de l’Union Européenne pour une Europe solidaire et non une Europe du capital. Et puis ce qu’on veut ce sont des élus au cœur de la réalité sociale. Par exemple des députés qui touchent seulement un SMIC. Il faut être au cœur des réalités pour les comprendre. »

« On manque d’instances de délibérations populaires, de lieux où les gens peuvent échanger et construire des solutions » exprime pour sa part Marie-Pierre Cuvier qui plaide pour une proportionnelle intégrale au Palais Bourbon et une abolition totale de l’article 49-3 de la constitution qui permet de faire adopter une loi sans vote à l’Assemblée Nationale, institution à qui elle veut d’ailleurs « redonner du poids ».

Les candidats communistes de cette 1ère circonscription d’Indre-et-Loire ont choisi leur premier adversaire : le socialiste Jean-Patrick Gille, député sortant à Tours et que Léonard Léma veut mettre « face à ses responsabilités » car « il a soutenu la loi Travail et des projets libéraux de François Hollande. C’est loin d’être un frondeur. » Ils appellent par ailleurs les autres forces de gauche (des partisans de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon qu’ils soutiennent pour la présidentielle jusqu’aux écologistes avec qui ils avaient fait campagne commune aux Départementales de 2015 en Indre-et-Loire) pour unir leurs forces et « gagner », rien de moins.

Olivier COLLET