Tours

Ecole Raspail : mobilisation pour une ATSEM en maternelle

Les parents d'élèves espèrent un remplacement pérenne suite à la maladie de la titulaire.

Les parents d'élèves d'une classe de maternelle de l'école Raspail de Tours décrivent une situation compliquée et tendue depuis le début de l'année scolaire... Depuis le 13 septembre, l'assistante de vie scolaire d'une classe de 26 enfants de 3 et 4 ans de petite section est en arrêt maladie. "Sans présager de la durée d'absence, il semblait fortement que l'arrêt maladie de cette professionnelle pouvait s'installer dans la durée. Aussi, et dès septembre 2016, la Ville de Tours en charge de l'organisation des ATSEM était informée et potentiellement en mesure de prévoir un remplacement pérenne" explique l'association des parents d'élèves.

Problème : "à ce jour, l'enseignante a déjà subi 12 remplaçants différents en 3 mois avec, parfois, certaines périodes non couvertes. La maîtresse se trouve régulièrement seule et surchargée avec 26 enfants de petite et moyenne section. (À ce jour, elle a été seule tous les mercredis matins)." Et les parents d'expliquer aussi : "chaque nouveau remplacement doit nécessairement s'accompagner des présentations des méthodes pédagogiques et autres aspects organisationnels de l'établissement scolaire", ce qui ferait perdre du temps à l'institutrice.

Plusieurs échanges de courriers ont eu lieu entre la mairie et l'association, sans aboutir à une solution satisfaisante selon les familles. Sollicitée par Info-Tours.fr, l'adjointe en charge des questions d'éducation (Barbara Darnet-Malaquin) résume la politique globale de remplacements menée par la ville, également expliquée aux parents par un courrier des services fin 2016 :

"Les ATSEM jouent un rôle essentiel aux côtés des enseignants. C'est la raison pour laquelle j'ai décidé d'affecter autant d'ATSEM que de classes (ce qui n'est pas le cas dans d'autres communes). En période d'absences amplifiées (épidémies,...), la priorité est donnée aux lundi, mardi, jeudi et vendredi, aux écoles appartenant à un Quartier Prioritaire Politique de la Ville et nous tenons compte également du nombre de classes, rendant prioritaires les petites écoles. Ces éléments expliquent que toutes les absences de la maternelle n'aient pu être remplacées. La Direction Education met toute son énergie à trouver chaque jour la meilleure réponse possible et d'optimiser les déplacements des ATSEM. Mais parfois, nous avons beaucoup de « petites absences » cumulées".

L'élue ajoute : "il appartient au directeur de l'école de répartir les agents présents en fonction des urgences et des situations des différentes classes. Une attention particulière doit être portée aux classes de petites sections." Il ne semble donc pas possible à la mairie de mettre en place des remplacements de longue durée, les urgences étant réévaluées au cas par cas chaque semaine. Une situation qui ne risque pas de s'arranger alors qu'il y a souvent pas mal d'agents malades en cette période l'année...

O.C.

Photo : capture d'écran - Google.