Tours

Whoopr : l'appli qui regarde à 15km autour de vous

Un nouveau réseau social connecté à votre quartier plutôt qu'au monde entier.

Son petit hibou capable de tourner sa tête à 270° sera peut-être un jour aussi connu que l'oiseau de Twitter. Whoopr est le dernier né des réseaux sociaux, et en plus il est tourangeau. N'en déplaise aux frères Méité qui en sont les créateurs, on ne peut s'empêcher de faire le rapprochement avec Twitter. Parce qu'on y poste des mini messages de 200 caractères maxi, parce qu'un fil d'actualité en temps réel s'affiche sur notre écran, parce qu'il est présenté comme une source d'information. En revanche, même si ça se prononce presque pareil, ça n'a rien à voir avec le célèbre sandwich d'une grande enseigne de fast foods (voilà pour la blague).

Téléchargeable gratuitement sur Android (oui, bientôt pour iPhone, bientôt !), Whoopr est encore en pleine période de test. Le projet a germé dans la tête d'Ismaël Méité en début d'année. Cet ancien de l'IUT de Tours de 31 ans qui a travaillé dans la banque et les assurances rêvait de lancer sa propre affaire : "j'ai toujours eu envie d'entreprendre, je savais qu'un jour je créerais ma structure." C'est chose faite aujourd'hui puisqu'il s'occupe à 100% de son bébé en association avec son frère Sylvain, 26 ans, qui reste lui ingénieur à plein temps.

Les deux Tourangeaux se sont partagés le travail : pour Ismaël les idées et la conception graphique, pour Sylvain le développement. Et le résultat est dans Google Play depuis le 7 octobre : "on vit dans un monde de plus en plus connecté mais il n'y a pas de moyen simple d'arriver à savoir ce qu'il se passe près de chez-soi. Facebook nous connecte avec nos amis, Twitter avec le monde entier... Alors que Whoopr c'est comme un bulletin local d'information dans un rayon limité à 15km." Concrètement, les utilisateurs postent des Whoops que les autres membres ne peuvent voir que s'ils sont proches du lieu d'émission du message. Pour l'instant, il n'y a que du texte mais photos et vidéos arrivent bientôt. Et il est déjà possible de liker et de commenter les infos partagées mais pas de suivre en permanence un utilisateur croisé une fois au hasard d'une actu.

Pour l'instant téléchargée environ 200 fois (et majoritairement à Tours), Whoopr a séduit jusqu'à Paris où Ismaël a remporté un concours de start-ups : "ça m'a conforté sur le potentiel." Il réfléchit maintenant aux diffrentes possibilités de faire connaître surtout de rentabiliser l'appli (sûrement via la publicité) notamment auprès des commerces de proximité pour qui il estime que c'est un outil très pratique pour développer leur visibilité.

Olivier COLLET