Tours Agglo

La Rabaterie, la Rabière et Maryse Bastié également ciblés par la rénovation urbaine

Avec notamment des démolitions de logements...

Vendredi dernier, le directeur de L'ANRU (Agence Nationale de Rénovation Urbaine) était à Tours pour signer la convention de rénovation urbaine du quartier du Sanitas. Un projet à 125,8 millions d'euros dont nous vous parlons ici.

Qualifié d'intêret national, le Sanitas n'est pas pour autant le seul quartier de l'agglomération tourangelle qui bénéficiera de la rénovation urbaine. Quartiers prioritaires d'intérets régionaux, la Rabaterie à Saint-Pierre-des-Corps, la Rabière à Joué-lès-Tours et Maryse-Bastié à Tours vont également bénéficier de financements liés à la rénovation urbaine, pour un total de 66,8 millions d'euros, dont 8,6 millions financés par l'ANRU.

Si pour ces trois quartiers, la convention n'est pas encore signée et les discussions entre collectivités locales et ANRU toujours en cours, il se dessine néanmoins des grandes lignes...

La Rabaterie :

Pour le quartier de Saint-Pierre-des-Corps, l'enjeu est connu et a déjà été présenté. L'objet central de la future rénovation urbaine ce sera le centre commercial de la Rabaterie. Pour un montant de 23,7 millions d'euros, il est ainsi prévu de démolir le centre commercial actuel jugé désuet et source de trafics et incivilités. Le projet prévoit ainsi une reconstruction sous formes de cellules en rez-de-chaussée autour d'un projet immobilier de 60 logements.

Relire notre présentation détaillée du projet de rénovation de la Rabaterie ici

Le projet prévoit également la création d'un mail paysager, la réhabilitation de 184 logmeents, l'extension de l'école Henri Wallon, la création d'une micro-crèche ou encore un travail d'accessibilité vers la Loire, aujourd'hui difficilement atteignable.

La Rabière :

Après la précédente rénovation urbaine du milieu des années 2000, la Rabière devrait connaître une nouvelle phase, centrée principalement sur le secteur appelé « La Vieille Rabière ». D'un montant de 20,4 millions d'euros, le projet prévoit ici la démolition de trois bâtiments d'habitations, soit 121 logements. La tour Pradier, nommée « tour infernale » par les élus, en raison de la convergence de trafics, devrait notamment faire partie des bâtiments détruits. 32 logements du bâtiment Verdun et 24 du bâtiment Picot devraient connaître le même sort également.

Le but de cette rénovation est de créer des aérations dans un axe est-ouest, mais aussi de créer plus de diversité dans le quartier avec la création d'une vingtaine de nouveaux logements ou encore celle d'un équipement municipal destiné à la petite enfance. Enfin, 224 logements devraient être réhabilités.

Maryse Bastié :

Dans ce quartier de l'ouest de Tours, 14 logements sont promis à la destruction, tandis que 186 autres devraient subir une rénovation. Le projet dans ce quartier s'élève à 22,8 millions d'euros et comprend également la reconstruction du groupe scolaire Mermoz-Bastié, ainsi que la requalification des axes de criculation et des aménagements non sans lien avec les évolutions futures des alentours : projet des casernes, Zac du Plessis Botanique à La Riche et arrivée de la 2e ligne de tramway dans l'ouest tourangeau...

Mathieu Giua