Tours Agglo

15 policiers supplémentaires pour les quartiers de la Rabière, du Sanitas et de la Rabaterie

C'est le Secrétaire d'Etat Laurent Nunez qui est venu l'annoncer en Touraine ce jeudi.

 

Avant d'inaugurer le nouvel espace d'accueil pour femmes victimes de violences aux côtés de sa collègue Marlène Schiappa, le Secrétaire d'Etat rattaché au ministre de l'Intérieur Laurent Nunez a passé la matinée de jeudi en visite dans les quartiers de la Rabaterie, de la Rabière et du Sanitas.

Le dispositif sécuritaire était important ce jeudi en fin de matinée dans le quartier de la Rabaterie. Sur place, une cinquantaine de policiers, en uniforme ou non, ainsi que toute la hiérarchie départementale liée à la Sécurité. Laurent Nunez se fait présenter le quartier par la maire de la commune Marie-France Beaufils. Une visite d'une grosse demi-heure, rythmée par des échanges avec habitants ou commerçants dans les halls d'immeubles ou les commerces. Une visite de terrain faite également plus tôt dans le quartier de la Rabière ou au Sanitas où le représentant du gouvernement s'est rendu au commissariat de quartier, occupé par 10 policiers.

Lors de sa précédente visite tourangelle en janvier, le Secrétaire d'Etat avait promis de revenir : il l'a donc fait trois mois plus tard avec pour objectif de prendre le pouls de ces quartiers mais aussi d'annoncer le dispositif qui sera mis en place ici. Car depuis la précédente visite ces trois secteurs de l'agglomération tourangelle ont intégré le dispositif des Quartiers de Reconquête Républicaine (QRR). Concrètement, ce dispositif va permettre un renfort supplémentaire de policiers.

Jusqu'à présent ce nombre n'était pas connu. Mais c'est bon on sait : 15 policiers supplémentaires arriveront en septembre prochain et ils seront rattachés au commissariat de Tours, tout en ayant une mission intégralement dédiée à ces trois quartiers.

Avec « des missions concernent l'occupation de la voie publique mais aussi l'investigation judiciaire » a précisé le Secrétaire d'Etat qui fixe des objectifs clairs : réduire la délinquance grâce à une plus grande présence. Un dispositif qui s'inscrit dans le cadre de la Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) mise en place récemment. « La mission première des policiers est d'être sur le terrain, c'est pourquoi le dispositif de la PSQ a pour objectif de décharger les forces de l'ordre des tâches administratives » a-t-il rappelé également, tout en insistant sur « l'effort conséquent réalisé » avec un budget de 900 millions d'euros sur trois ans à l'échelle nationale, mais aussi sur la nécessité de laisser l'initiative de la mise en place des dispositifs localement, à la Direction Départementale de la Securité Publique. « Nous n'imposons pas de cadre, c'est à chaque territoire de définir ses besoins et ses partenariats locaux ».

Une annonce reçue à différents degrés

Localement, l'annonce du Secrétaire d'Etat a été accueillie à différents degrés. Frédéric Augis, le maire de Joué-lès-Tours, se montre plutôt satisfait de l'arrivée de ces renforts. « Je ne sais pas si 15 personnes cela fait beaucoup ou pas, mais ce que je vois c'est que cela faisait longtemps que nous n'avions pas eu de hausse d'effectifs dans la Police Nationale » nous témoigne-t-il, « les habitants que nous avons rencontrés ce matin témoignent tous d'un besoin de retrouver de la tranquilité ».

Du côté du syndicat de policiers Alliance, si on salue la hausse d'effectifs, celle-ci est jugée insuffisante surtout que « La DDSP 37 est déjà en sous-effectifs » écrit le syndicat par communiqué tout en espérant « que la mise en place des Quartiers de Reconquête Républicaine ne se fasse pas uniquement sur le papier et ne soit pas juste un effet d'annonce... ».

Mathieu Giua