Tours Agglo

Selon le procureur, le tireur du CHU Trousseau voulait se suicider

Et il pensait le faire en présence de son ex femme.

Stupéfaction dimanche vers 4h30 au CHU Trousseau à Chambray-lès-Tours : un homme se présente aux urgences pour voir son ex qui travaille à l'hôpital, et devant le refus des vigiles revient une heure plus tard avec une arme, tire un coup qui frôle un salarié de l'hôpital, erre de longues minutes dans les couloirs obligeant les soigants à mettre les patients à l'abri, puis prend la fuite. Rattrapé à Larçay vers 15h30 à la suite d'une sortie de route, cet homme de 41 ans a été placé en garde à vue au commissariat de Tours. 50 gendarmes étaient à ses trousses pendant une dizaine d'heures.

Ce lundi, le procureur de Tours Jean-Luc Beck a fait un point sur l'affaire depuis le tribunal. Il précise d'abord que l'homme a été retrouvé en possession d'un fusil à pompe, mais pas du pistolet qui a servi à tirer près des urgences. Ce dernier, il l'aurait jeté et dit être en mesure de montrer où aux enquêteurs. Ils doivent se rendre sur les lieux pour vérifier ses dires. Le suspect, membre d'un club de tir, était autorisé à détenir ces armes, mais pas à les transporter, affirme également le responsable du parquet.

Jean-Luc Beck décrit l'homme comme "au bout du rouleau" : "il voulait mettre fin à ses jours et voulait le faire en présence de son ex épouse. Il disait avoir perdu son travail, sa femme et ses enfants et donc n'avoir plus rien à perdre. Il apparait dépressif." Poursuivi pour tentative d'homicide, il assure qu'il ne visait personne : "on verra si on maintient cette qualification pendant l'instruction" ajoute Jean-Luc Beck. Une expertise psychiatrique devrait également être ordonnée, ainsi que le maintien en détention du suspect : "il semble être SDF, nous n'avons donc aucune garantie qu'il se représente aux convocations. De plus il parait dangereux." Néanmoins, jusqu'ici, il était inconnu de la justice.