Tours Agglo

Hébergement d’urgence : un nouveau centre à Chambray-lès-Tours

Et il ouvre ce jeudi.

Un outil de plus pour loger des personnes à la rue en Indre-et-Loire… Dès ce jeudi, d’anciens locaux de la DDE vont pouvoir accueillir femmes, enfants et mineurs étrangers isolés à Chambray-lès-Tours. Annoncé dès la rentrée, initialement prévu pour ouvrir en début d’automne, le projet a pris du retard mais ça y est, tout est prêt.

Avec 48 places dédiées aux familles, ce centre chambraisien permet à la préfecture d’Indre-et-Loire de dépasser la barre symbolique des 500 lits dédiés à l’hébergement d’urgence dans le département, ces derniers étant pérennes, même si cela ne veut pas dire que le bâtiment chambraisien sera utilisé sur le long terme.

En parallèle, et en lien avec le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, le même site pourra accueillir 24 MNA (Mineurs Non Accompagnés), ces jeunes étrangers qui demandent la protection en France jusqu’à leur majorité mais doivent d’abord être évalués pour être reconnus mineurs et bénéficier d’un accompagnement.

Cela permettra aux services de l’Aide Sociale à l’Enfance de résoudre une partie du problème qui se pose depuis plus de 6 mois : face au nombre d’arrivées, ils ne respectent plus la loi qui les oblige à faire les évaluations dans les 5 jours et à mettre à l’abri les migrants pendant ce laps de temps. Même si une douzaine de personnes s’occupent désormais de traiter les dossiers (5 de plus en quelques semaines), une centaine de personnes sont encore en attente d’un rendez-vous. Le département estime que d’ici la fin de l’année plus de 1 500 MNA se seront présentés à son accueil du Champ Girault entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, un record absolu.

Sur le nouveau centre de Chambray, la préfecture finance les 48 places pour les familles et le département celles pour les MNA. C’est l’association Emergences qui gère l’ensemble du dispositif avec un accueil le soir dès 17h, comprenant le dîner. Le site est gardé la nuit et un autre accueil est assuré le matin jusqu’à 9h au moment du petit déjeuner. Ensuite les résidents doivent sortir, pour ne revenir que le soir à 17h s’ils ont une place (en général, ils sont là pour plusieurs jours). Pour les MNA, ce dispositif est critiqué par l’association Utopia 56 qui observe également que le site retenu (du côté de l’Avenue du Grand Sud) n’est pas à proximité immédiate des transports en commun.