Tours Agglo

5 choses que vous ignorez sans doute sur le technicentre industriel de St-Pierre-des-Corps

Il voit passer des dizaines de trains par an.

Situé entre l’A10 et la gare de St-Pierre-des-Corps, le technicentre industriel tourangeau de la SNCF fait partie d’un réseau de 10 sites en France. Etendu sur 15 hectares, il compte 1 350 salariés et s’occupe notamment des grosses rénovations des trains, celles que l’on appelle « les rénovations à mi-vie », des opérations longues pouvant durer plusieurs semaines ou plusieurs mois en opposition à la maintenance courte réalisée sur un autre site corpopétrussien, situé lui entre la gare et La-Ville-aux-Dames. Voici 5 informations assez inattendues qui vont vous prouver que s’occuper des trains c’est une sacrée organisation…

 

18 000 : c’est le nombre d’ouvertures et de fermetures que peuvent faire les portes d’un train avant d’être sérieusement contrôlées.

 

40 : le nombre de recrutements en moyenne chaque année au technicentre de St-Pierre-des-Corps qui compte une quarantaine de spécialités, des soudeurs aux pros des freins en passant par des agents chargés de s’occuper de l’extraction d’amiante. Si le nombre de femmes reste faible sur le site, il a tendance à progresser. Elles sont 80 actuellement.

 

12 millions d’euros : c’est le coût annoncé du nouveau bâtiment que le technicentre de St-Pierre-des-Corps va construire d’ici l’été 2020. Il permettra de gagner une semaine sur les chantiers car les cheminots ne seront plus obligés de découper systématiquement les trains, « saucissonner les caisses » comme ils disent.

 

4 mois : c’est la durée maximale des chantiers de rénovation sur le site SNCF tourangeau, les cycles les plus courts étant eux d’un mois. Parmi les actions entreprises : rénovation des sièges, changement de tuyaux sous les trains, installation du wifi ou de systèmes de sécurité pour circuler dans plusieurs pays européens… Parmi les spécialités de St-Pierre-des-Corps : la maintenance des bogies (les roues du train) ou la pose de nouveaux autocollants à l’extérieur et à l’intérieur, dont certains avec des motifs particuliers, comme ici en hommage au Château de Versailles :

 

10 à 20 000€ : le coût d’une journée d’immobilisation d’un train à St-Pierre-des-Corps. Les interventions étant très minutieuses, les rames sont presque entièrement démontées, réduites à l’état de « squelette ». Les interventions ont lieu un peu partout dans les 7ha de hangars couverts, et quand ils ne sont pas dans les ateliers les wagons (que les cheminots appellent des « caisses ») sont rangés sur les voies de garage des alentours, sur lesquelles une machine spéciale les transporte.

 

 

Pour tout savoir sur l’histoire du technicentre de St-Pierre-des-Corps vous pouvez lire cet article de 37 degrés, découvrez également notre grand reportage dans les coulisses des ateliers.

 

Crédits photos : Mathieu Giua