Tours Agglo

Nuits de violences urbaines à Joué-lès-Tours

Plusieurs voitures ont notamment été incendiées.

 

Ces deux dernières nuits ont connu leur lot d'incidents à Joué-lès-Tours. En cause, une vingtaine de jeunes à l'origine d'incendies de mobiliers et de voitures mais aussi cherchant la confrontation avec les forces de l'ordre.

Difficile de ne pas voir un lien entre les incendies qui agitent ces dernières nuits le quartier de la Rabière à Joué-lès-Tours et l'appel à "la purge" contre les policiers lancs sur les réseaux sociaux à l'occasion d'Halloween. Dans plusieurs villes de France, des scènes similaires ont eu lieu en effet. A Joué-lès-Tours, le bilan est d'une dizaine de voitures brûlées sur ces deux nuits (8 dans la nuit de mercredi à jeudi, 4 dans celle de jeudi à vendredi), ainsi que du mobilier (feux de poubelles, abribus cassés) et des policiers en intervention visés par des jets de pierre.

Pour le maire de Joué-lès-Tours, Frédéric Augis, ces incidents sont le fait "d'une vingtaine de jeunes qui pourissent la vie des habitants". Et ce dernier de préciser que certains, "parfois très jeunes", ont été identifiés avec la vidéo-surveillance. "Nous allons convoquer les parents à la Mairie. Il faut reprendre le contrôle sur le comportement de leurs enfants". Mais le maire de ne pas cacher que pour d'autres, cela sera plus compliqué : "certains n'ont peur de rien et c'est plus problématique".

Alors que des réunions ont eu lieu dans la semaine à la Préfecture, des moyens supplémentaires sont mis en place par les forces de l'ordre pour intervenir sur les lieux et tenter d'apaiser une situation qui se tend depuis plusieurs semaines. Ces derniers temps, les pompiers ont en effet été plus fréquemment appelés pour des feux divers dans le quartier et ont pour ordre d'être vigilants, voire même comme jeudi soir, d'attendre les forces de l'ordre pour intervenir sans risques.

Ces incidents nocturnes pourraient d'ailleurs avoir d'autres sources que le simple "appel à la purge" à commencer par les récentes opérations policières ayant permis de saisir des planques de produits de stupéfiants.