Tours Agglo

Tours Métropole : une large majorité contre le Village des Marques

41 voix contre et 9 pour...

 

Le Conseil Métropolitain fut bref ce lundi soir aux Deux-Lions avec un ordre du jour léger conclu par le débat et le vote sur le projet de Village des Marques à Sorigny, suite à un voeu déposé par des élus de gauche du conseil demandant à l'assemblée d'exprimer son opposition au projet.

Les semaines se suivent et le Village des Marques ne cesse d'alimenter les débats en Touraine. Ce lundi soir c'est donc à l'assemblée métropolitaine que le sujet s'est invité. Depuis l'été et l'annonce du projet, si plusieurs élus de la Métropole avaient fait part de leur avis sur le sujet, à la grande majorité contre, le débat n'avait encore jamais eu lieu officiellement entre eux.

Des Villages des Marques refusés dès 2013

Pour les élus proposant le voeu (Emmanuel Denis, Didier Vallée, Marie-France Beaufils, Martine Belnoue, Cécile Jonathan, Michèle Launay et Vincent Tison) la construction d'un Village des Marques est contraire au Scot (le schéma de cohérence territorial) adopté en 2013.

Un voeu qui a amené des débats largement défavorables au projet et au cours desquels Christian Gatard, le président du Syndicat Mixte de l'Agglomération Tourangelle (SMAT) a rappelé qu'en 2013, lors de l'élaboration du Scot, des promoteurs de villages de marques s'intéressaient déjà à la Touraine. Des projets refusés à l'époque.

Au cours des débats, Didier Vallée, élu chambraysien écologiste, a tenu à préciser que "ce voeu n'est pas contre un territoire" en l'occurence celui de Sorigny. Seulement les oposants estiment que le Village des Marques aura un impact global sur la Touraine, sur les commerces à Tours ou à Chinon. "Alors que l'Etat vient de mettre plusieurs millions d'euros pour redymaniser le centre commerçant de Chinon, je ne vois pas comment ce projet pourrait être accepté" s'est exprimée la députée Sophie Auconie. "C'est une bombe à fragmentation. On n'est pas ici dans la complémentarité des territoires" a de son côté réaffirmé Christophe Bouchet, le maire de Tours, rappelant au passage que la ville de Tours représente plus de 1 700 commerces et quelques 10 000 emplois à prendre en compte.

Et Sophie Auconie de dresser une comparaison avec le Village des Marques de Miramas dans les Bouches du Rhône, construit par le même promoteur. "Pour le village même de Miramas c'est un atout, mais à quelques dizaines de kilomètres il y a des mutations qui se sont opérées avec des fermetures de commerces."

Seules quelques voix contraires se sont élevées comme celle de Philippe Clémot, maire de Mettray : "Si le projet ne se fait pas ici il se fera aux alentours". Des voix qui ont pesé finalement peu, à l'issue d'un vote à bulletins secrets, 41 élus se prononçaient contre l'installation du village de marques, contre 9 pour et 3 abstentions.

Mathieu Giua