Tours Agglo

Cirque sans animaux à La Riche : le maire s’agace des « pressions » de Fratellini

La direction du cirque a publié une lettre ouverte pour dénoncer la politique de Wilfried Schwartz.

Résumé des épisodes précédents : depuis de nombreuses années, le cirque Fratellini s’installait sur le parking de La Riche Soleil au moment des vacances de la Toussaint. Avec ses places à 5€… et son « zoo » mis en avant sur les affiches, pour attirer les visiteurs. Mais depuis quelques temps, tout cirque qui se présente avec une ménagerie dans l’agglo tourangelle se fait accueillir par les militants animalistes opposés aux spectacles avec animaux, les associations en question n’hésitant pas aussi à manifester auprès des élus. Ces rassemblements ne sont composés que de quelques dizaines de personnes mais le message a eu de l’effet à La Riche : il y a quelques mois le maire Wilfried Schwartz a indiqué qu’il ne souhaitait plus de tels cirques sur sa commune.

Alors que la fameuse période des vacances de la Toussaint approche, Fratellini nous a transmis ce lundi une lettre ouverte à l’élu divers gauche (accessible ici en intégralité) dans laquelle le directeur Edmond Hart dénonce une attitude « particulièrement discriminatoire » et évoque l’échec de ses « tentatives orales » pour « ramener à la raison » Wilfried Schwartz.

Des animaux surveillés par des vétérinaires

« Votre décision porte une grave atteinte à l’art et à la culture qui doivent rester divers et ouverts. Elle est d’autant plus aberrante qu’elle ne se base sur aucune réalité objective mais au contraire sur les seules allégations mensongères et la pression d’une minorité perturbatrice » peut-on lire plus bas avant des comparaisons hasardeuses avec les enfants maltraités voire la seconde guerre mondiale (« stigmatiser une catégorie de population, la donner en os à ronger, rappellent des moments sombres de l’Histoire pour elle »).

Et la famille circassienne d’assurer que ses bêtes sont bien traitées, surveillées par des vétérinaires et des professionnels aguerris et diplômés, tout en indiquant que les spectacles sont très populaires auprès des familles. Elle indique aussi qu'elle a cessé les numéros avec animaux sauvages : "en début de saison un dresseur et son éléphante d’Afrique ont été engagés, trop coûteux et n’attirant pas le public, l’artiste s’est vu mettre fin à son contrat de saison" nous écrit-on.

Un blocage total de La Riche pour protester ?

Piqué au vif, Wilfried Schwartz répond en ce début de semaine dénonçant les « pressions » du cirque qui menacerait « d’un blocage total de la ville ou de perturber les séances du conseil municipal » (celle de ce lundi s’est déroulée sous surveillance policière). « Cette façon d’agir renforce notre détermination à ne pas accepter la venue de ce cirque » ajoute le maire qui assure ne pas avoir « mis la pression » pour que le centre commercial Géant refuse l’accès à son parking à Fratellini.

Alors que Fratellini indique avoir saisi « Monsieur le Préfet » (en fait, c’est Madame) pour faire faire lever l’interdiction larichoise, le maire précise n’avoir signé aucun arrêté (car les autres communes qui ont essayé ont été déboutées). Il dit seulement qu’il a un accord verbal avec La Riche Soleil pour n’accueillir sur ce terrain que des cirques sans animaux (ce qui s’est fait il y a quelques mois pour un projet scolaire). « Ma décision n’est pas obligée d’être partagée mais une fois qu’elle est prise je refuse les pressions » indique-t-il. Si la galerie souhaite accueillir le chapiteau, elle serait d’ailleurs dans son droit.

« Ce que je fais c’est un travail de conviction » conclut Wilfried Schwartz qui assure de son intérêt pour le cirque en évoquant la programmation 2018/2019 de La Pleïade « placée sous le thème du cirque contemporain » ou encore que le cirque sera « fil conducteur » de l’édition 2019 du festival d’été Itinéraires Bis avec un projet pédagogique. Il est même d’accord pour recevoir Fratellini… mais sans animaux.

 Olivier Collet