Tours Agglo

Les mineurs isolés priés de quitter leur campement de Saint-Pierre-des-Corps

Ils y sont installés depuis fin juillet.

La nouvelle n'a surpris personne au campement de Saint-Pierre-des-Corps. Dans la semaine, les bénévoles d'Utopia 56 qui viennent en aide aux mineurs isolés, dont une soixantaine se sont installés ici, face à l'absence de solutions du Conseil Départemental pour leur accueil, ont reçu un courrier du Diocèse, ce dernier leur demandant de quitter le campement installé sur un de ses terrains corpopétrussiens depuis le mois de juillet. Dès l'installation, l'institution religieuse avait en effet annoncé qu'elle laisserait faire jusque fin août mais qu'elle aurait besoin de récupérer l'usage du site en septembre pour ses propres activités.

"Nous n'avons aucun souci avec le Diocèse" précise Angelo d'Utopia, "nous savions qu'ils nous laisseraient l'emplacement jusque fin août". Pour autant, pour le bénévole, il est impossible de quitter les lieux à l'heure actuelle. "Nous restons sur notre position, nous ne bougerons pas tant que les institutions ne nous proposeront pas de solutions pour les soixante jeunes présents". Pour le militant, quitter le campement reviendrait à remettre à la rue les soixante jeunes présents, et donc les laisser livrés à eux-mêmes, impensable pour lui.

Ce vendredi, la Préfète d'Indre-et-Loire et le président du Département ont réuni la presse pour annoncer quelques avancées comme l'ouverture d'un nouveau centre d'hébergement de 75 places dont 25 pour les mineurs. Problème, ce centre ne doit ouvrir que mi-octobre. "On fait quoi des jeunes pendant ce temps-là ?" s'interroge Angelo qui précise "les prochains rendez-vous que les jeunes ont avec les services du département sont au mieux le 10 septembre, cela voudrait dire qu'ils sont à la rue au moins jusque-là".

Mathieu Giua