Tours Agglo

La Région soutient la Métropole dans ses investissements

Avec notamment 42 millions d'euros via le contrat régional de solidarité territoriale.

Chose rare pour être soulignée, le président de la région Centre-Val de Loire, François Bonneau était invité au Conseil de la Métropole ce lundi. La raison ? La signature de l'avenant du Contrat Régional de Solidarité Territoriale (CRST) entre les deux collectivités. Un contrat passé à l'origine en février 2014, d'un montant de 42 millions d'euros, à travers lequel la région Centre-Val de Loire aide les investissements réalisés par Tours Métropole.

Ce contrat n'est pas unique, la région passant des contrats similaires avec d'autres collectivités sur son territoire. Oui mais celui avec Tours Métropole est le plus important en terme d'enveloppe budgétaire, ce dernier étant calculé sur le nombre d'habitants. Un contrat important donc, avec des fonds non négligeables, mais que la Métropole peine jusque là à utiliser. 4 ans après sa signature, seuls 28% des crédits ont en effet été dépensés.

Relire notre article détaillé à ce sujet.

En avril dernier, le sujet avait d'ailleurs fait débat au sein du Conseil Métropolitain. Les élus avaient alors voté une prolongation de la durée du contrat d'un an supplémentaire.

François Bonneau est donc venu signer l'avenant au contrat initial et en a profité pour rappeler l'attachement de la collectivité régionale à Tours, qui se traduit notamment par le financement de projets dans ce contrat.

Un contrat dont la réalisation peine jusque là donc et les deux présidents des collectivités concernés, souhaitent que les choses changent. "On a peut-être pas assez pris l'habitude de travailler ensemble" s'est ainsi exclamé Philippe Briand. "Le rythme de réalisation doit s'accélerer. Il faut aller plus vite et plus loin" a poursuivi François Bonneau.

Et pour aider à plus de réalisations, l'avenant du contrat se veut plus souple et moins contraignant avec notamment un abaissement des seuils des projets aidés, de quoi permettre notamment aux plus petites communes d'en profiter également pour lancer des projets.