Tours Agglo

Mettray : le maire dit non à l'usine de méthanisation de la Métropole

Le sujet souffrait d'une contestation forte de la part d'habitants

Le sujet était devenu brûlant à Mettray. Le projet de construction d’une unité de méthanisation (soit la transformation de matières organiques en biogaz) par Tours Métropole pour gérer ses déchets, avait en effet conduit à une levée de boucliers de la part de futurs potentiels riverains.

Ces derniers craignaient notamment des désagréments liés aux odeurs. Si Jean-Luc Galliot, le vice-président à Tours Métropole en charge du dossier, parlait il y a encore quelques mois de « désinformation" précisant " Il n’y a ni fumée, ni odeur, c’est faux de dire cela", il semble aujourd'hui que la contestation a eu gain de cause. 

Relire également sur 37 degrés : Les grands enjeux à venir pour Tours Métropole en matière de gestion des déchets

Ce mardi 19 juin, lors du Conseil Municipal, Philippe Clémot, le maire de Mettray est en effet intervenu pour annoncer le retrait du projet de la zone industrielle des Gaudières, où il devait se faire. Pour le maire de Mettray : "Je pense, et je ne suis pas le seul, loin de là, que la méthanisation est un bon investissement pour les années à venir. Néanmoins, j’ai demandé au président et au vice- président de TMVL de bien vouloir reconsidérer le lieu d’implantation de ce projet." Et Philippe Clémot de poursuivre : " Je vous informe avoir été entendu : je peux annoncer ce soir que l’UVOM/UPEV ne s’installera pas sur la ZI des Gaudières."

Pour autant, si le maire de Mettray précise avoir entendu la gronde d'une partie de ses administrés, il a tenu également dans sa déclaration à défendre le procédé de méthanisation ("proposer de recycler des déchets aujourd’hui enfouis à Sonzay en les transformant pour partie en énergie verte est pour le moins vertueux : j’y vois même un bel exemple d’économie circulaire") et à recadrer certaines critiques : "On peut ne pas être d’accord sur certains dossiers, c’est l’exercice de la démocratie, mais je considère outrageant et déplacé certains propos tenus à mon encontre toute personnelle, et à l’encontre d’autres élus."

Reste que ce projet d'unité de valorisation énergétique des déchets garde une importance primordiale pour Tours Métropole. Rappelons en effet qu'en Indre-et-Loire les déchets non valorisés sont encore enfouis, soit du côté de Sonzay (130 000 tonnes par an) ou de Chanceaux-près-Loches (150.000 tonnes par an)… Une situation guère satisfaisante même si la part de déchets recyclés augmente en parallèle. A Tours Métropole de trouver un nouveau lieu d'accueil pour sa future usine de valorisation...

Mathieu Giua