Tours Agglo

Enfants devant les écrans : les orthophonistes tourangeaux ont un message pour vous

L’association qui les regroupe organise un spectacle sur le sujet à Notre-Dame-d’Oé.

« On ne veut pas diaboliser les écrans, dire que c’est dangereux ou qu’il faut les supprimer. On veut que chacun s’interroge sur les méfaits que ça peut avoir » dit Aurélie Marqué, orthophoniste en Indre-et-Loire et membre de l’association régionale ESOP. Ce mardi 27 mars, elle organise deux représentations du spectacle mélangeant théâtre, slam et hip hop Sans le savoir à la salle Oésia de Notre-Dame-d’Oé : la première (complète) pour les scolaires et la seconde pour tout le monde, mais avant tout pour les plus jeunes (dès 9 ans) « L’écran rentre dans l’esprit des gens, décide à sa place. Ça a des effets sur le sommeil, l’apprentissage… Lors de nos consulations on voit de plus en plus d’enfants avec des troubles attentionnels parce qu’ils sont happés par les écrans » explique la professionnelle.

Des anecdotes familiales liées aux écrans, Aurélie Marqué n’en manque pas : « on voit des parents annoncer fièrement que leur enfant sait faire un puzzle sur la tablette à 18 mois et ils sont étonnés quand on leur dit que cet apprentissage n’est pas réel. De plus en plus d’enfants de 3-4 ans n’ont presque aucun langage. Il y a même des petits tellement obnubilés par leur dessin animé qu’ils en oublient leurs besoins primaires comme aller aux toilettes. »

« L’écran a parfois une vocation de baby sitter »

Mettant en cause « le lobby des jeux vidéo et les jeux pseudo-éducatif que l’on veut ccomme des outils pédagogiques », Aurélie Marqué insiste sur l’important de passer du temps en famille, « parce que l’écran a parfois une vocation de baby sitter. » Elle poursuit : « l’éducation ce sont les parents qui la font, le langage ne s’apprend que via des interactions entre les humains. Il est donc important d’encourager la communication mais aussi de faire plus promenades au marché ou au zoo par exemple… »

Les arguments d’Aurélie Marqué et de ses confrères ont encore du mal à porter : « ce n’est pas clair dans la pensée collective, on commence à prendre conscience des problèmes de santé que ça entraîne mais c’est tout récent, les Etats-Unis sont bien plus avancés avec par exemple des écoles sans écrans. » « Les écrans c’est comme une drogue ou une addiction » poursuit l’orthophoniste tourangelle.

« Pas d’écrans avant 3 ans »

Résultat : si les enfants s’y trouvent subitement moins exposés, « il y a une période de frustrations mais dès qu’ils comprennent qu’ils peuvent s’occuper avec d’autres choses. Ils progressent vite, mais cela demande de l’investissement. » Et aussi aux plus grands de réduire eux-mêmes leur exposition, ce qui n’est pas forcément simple.

Bilan : « avant 3 ans, il faut clairement éviter les écrans et exposer les enfants de façon très mesurée entre 3 et 6 ans » poursuit Aurlié Marqué, « par exemple en faisant un petit jeu avec eux une demi-heure par exemple, ou en les mettant devant un dessin-animé et en restant à côté. On sait que c’est utopique, mais les gens doivent entendre ce message », d’où le spectacle de Notre-Dame-d’Oé qui se concluera par un échange entre la Cie Art’Monie et les spectateurs (à partir de 9 ans), le tout pour comprendre « qu’il faut se servir des écrans comme d’un outil, un vrai instrument de communication mais pas un instrument qui dicte leurs journées. Il faut prendre le dessus. »

Olivier Collet

Cliquez ici pour réserver votre place (à partir de 5€).