Tours Agglo

Plus de dette à Joué-lès-Tours ? Pas un problème pour le maire

La ville vote son budget ce lundi. Pour 2018, elle voit encore les choses en grand et investira 13 millions d’€.

Frédéric Augis fait comme Emmanuel Macron, il assume et justifie avec ses formules mathématiques : oui le maire de Joué-lès-Tours emprunte pour investir ce qui augmente la dette de la ville. Elle atteindra 24,3 millions d’euros en fin d’année, presque 4 millions de plus qu’en 2014 ce qui fait grimacer l’opposition. Mais dans le même temps, la dette reste inférieure de 40% à celles des villes de taille comparable (639€ par habitant) : « on a revu nos prêts et leurs charges, la ville a su emprunter intelligemment et saisir les opportunités financières » expliquent l’élu et son 1er adjoint Vincent Téléga.

« Qu’on mette face à face les dettes des autres villes de l’agglo et on va se marrer » lâche même Frédéric Augis : « on est endetté, mais pas sur des endroits qui ne tiennent pas la route. Il y a plus de dette mais la ville est aussi plus attractive. Depuis 2014 on a investi 40 millions d’euros et si demain nous vendions tout les bâtiments achetés depuis 2014, ça ferait 6 millions de dette en moins, donc 18 millions d’€ au lieu de 24 » poursuit l’élu, droit dans ses bottes, ferme mais « heureux » : « la ville va bien, c’est plus simple que dans d’autres communes. On a gardé notre train de vie et nos possibilités. »

Nouvelle hausse des subventions aux associations

Parmi les arguments pour justifier cette position : la non-augmentation des impôts depuis le début du mandat en 2014 et un bilan meilleur que la moyenne des municipalités de taille comparable. Par ailleurs, malgré la baisse des dotations de l’Etat (encore 80 000€ en 2018), Joué voit les subventions qu’elle touche bondir : 3,1 millions contre 1,5 en 2017, ça aide à ne pas trop demander aux banques (6,5 millions tout de même, 1 million de plus qu’en 2017)…

Ce lundi soir en conseil municipal, Joué-lès-Tours doit donc voter un budget de 61 millions d’euros, dont 40 millions pour le fonctionnement (paiement des salaires…), 1% de hausse des subventions aux associations pour la deuxième année consécutive et 13 millions d’investissements (travaux…). Comme l’an dernier, près de 4 millions seront consacrés à la voirie, soit autant qu’à Tours dans une ville 3 fois plus petite : « on rattrape notre retard » notent les élus qui ont prévu de refaire une vingtaine de rues d’ici le mois de décembre.

Gros travaux dans les enceintes sportives

Le gros morceau de 2018 c’est aussi les travaux du nouveau centre de loisirs de La Borde mais il y a également les gymnases du sud de la ville, le renouvellement du parc de véhicules des agents, les travaux dans les écoles… « L’investissement à Joué-lès-Tours doit s’entendre à deux chiffres » insiste Vincent Téléga (ce qui est le cas ces dernières années, sauf en 2016). La deuxième ville du département veut donc tenir son rang, sans pour autant décoller de façon exponentielle. Elle compte 38 000 habitants, « ça stagne, voir ça baisse légèrement ».

Donc pas d’objectif d’atteindre les 40 000 habitants ? « Ce n’est pas une fin en soi, est-ce qu’on peut supporter 2 000 habitants en plus. Cela rapporte en ressources fiscales mais il faut leur donner des services. » Et la municipalité est déjà assez embêtée avec ses équipements actuels : « on a 38 bâtiments municipaux entre 30 et 40 ans. Au Palais des Sports Marcel Cerdan tous les ans on met de la rustine pour 100 000€, cela mériterait peut-être que l’on fasse quelque chose comme la rénovation de la piscine de l’Alouette qui devait fermer à l’origine. Il faut repenser les projets, parfois on prend du retard entre guillemets mais ensuite on leur donne une autre dimension » insiste le maire. La mairie, la halte-graderie de la Rabière, les selfs des écolesou la Maison des Associations font ainsi partie des gros dossiers à venir.

Quelques projets prévus cette année à Joué :

Rénovation de l’entrée de l’Espace Malraux

Création d’un itinéraire pédestre pour découvrir le centre-ville

92 000€ de travaux pour le cimetière

100 000€ de travaux pour la rénovation du Château des Bretonnières

1,5 million d’euros pour acheter des bâtiments

Bientôt un nouveau site Internet

Recrutement en cours d’un directeur de la sécurité

200 000€ pour compléter le réseau de 76 caméras de surveillance + 100 000€ pour créer un centre de supervision pour traiter les images en temps réel

Olivier Collet