Tours Agglo

Même pas ouvert, le garage solidaire de Joué-lès-Tours cartonne déjà

Son objectif : vendre des voitures aux plus démunis et réparer leurs véhicules.

Cet hiver, des dizaines de projets ligériens tentent, en même temps, de récolter des fonds pour se développer via la deuxième édition de l’opération Make in Loire Valley. Parmi eux, Solidarauto 37 avait attiré notre attention dès le début de la campagne. A 40 jours de la fin de son crowfounding sur Ulule, l’association vient d’atteindre son objectif, à savoir récolter 5 000€, une belle performance pour une initiative solidaire.

De quoi parle-t-on ?

Solidarauto 37, c’est un garage solidaire qui doit ouvrir au printemps à Joué-lès-Tours, près du CFA. L’idée de l’ouverture de ce centre auto pas comme les autres est née en 2016 et elle fédère des associations et collectivités, dont le Secours Catholique d’Indre-et-Loire ou le Centre Communal d’Action Social de Veigné. Après un an d’études, « on est convaincus que la métropole de Tours a suffisamment de problèmes de mobilité pour justifier la création d’un garage » explique Guillaume Florenson, premier salarié de l’association.

C’est quoi un garage solidaire ?

Un garage solidaire, cela peut être un garage où l’on vient réparer soi-même son véhicule pour diminuer les frais, il en existe d’ailleurs un dans l’agglo, Alternatours. Là, c’est autre chose : « l’idée est de récupérer des véhicules auprès de particuliers, d’entreprises ou de collectivités contre un reçu fiscal, de réparer les voitures réparables et de les vendre à des publics qui n’ont pas accès aux autres garages faute de moyens financiers » explique Guillaume Florenson qui insiste bien : cette activité associative « n’est pas concurrente » des garages traditionnels, notamment parce qu’elle ne s’adresse vraiment qu’aux plus modestes : « le prix moyen des voitures sera aux alentours des 2 000€. » Objectif : récupérer 300 véhicules par an pour en revendre une centaine. Les autres iront dans une casse.

Par ailleurs, Solidarauto 37 permettra aussi de venir faire réparer sa voiture « à tarif préférentiel ». « Comme nous sommes une association, nous sommes exonérés d’impôts commerciaux ce qui nous permet de faire des prix bas, pas de marge. On fixe nos tarifs pour être à l’équilibre financier et on invite nos partenaires à aider les personnes pour payer leurs factures, jusqu’à 100%. »

Qui pourra pousser la porte de Solidarauto 37 ?

Comme on le disait, seules des personnes n’ayant pas les moyens de se rendre dans un garage classique pourront bénéficier de ces services, en l’occurrence « celles dont le quotient familial est inférieur à 770€ ou alors sur prescription d’une assistante social ou d’un travailleur social qui nous enverra une personne en estimant que l’achat ou la réparation d’un véhicule est opportun pour sauvegarder sa situation » détaille Guillaume Florenson. « On axe beaucoup notre démarche sur l’emploi mais la mobilité cela permet aussi d’emmener les enfants à l’école, de se soigner, d’avoir des loisirs, de trouver un logement… »

Comment va fonctionner la structure ?

 Initié par le Secours Catholique, le concept Solidarauto existe déjà ailleurs en France. Pour Joué-lès-Tours, une petite dizaine d’association et collectivités sont impliquées dans ce projet qui ouvrira officiellement dans le courant du printemps avec 5 salariés, dont des mécaniciens professionnels, et une trentaine de bénévoles : « ça fonctionne comme un garage. Les bénévoles et les bénéficiaires ne touchent pas à la mécanique » note Guillaume Florenson.

Actuellement, le site jocondien est en travaux. Solidarauto 37 s’y installera aux côtés de Mobilité Emploi 37 qui fait de la location de deux-roues et a aussi une activité d’auto-école.

A quoi sert la campagne Make in Loire Valley ?

Avec 5 000€, l’objectif atteint cette semaine, Solidarauto 37 a de quoi s’acheter un pont élévateur pour les véhicules. Avec 9 000€, l’association pourrait acquérir une équilibreuse ou un démonte pneus. « Ce succès est un peu surprenant, on est contents que cela impacte les gens et que la sauce prenne » se félicite le salarié du garage solidaire qui appelle également les conducteurs à le contacter dès à présent pour donner des voitures, via ce mail : contact.solidarauto@gmail.com. Quant à la campagne Ulule, elle est accessible par ici.

Olivier Collet