Tours Agglo

Saint-Pierre-des-Corps veut rester sur les rails

Il en a été question à l'occasion des voeux de Marie-France Beaufils

 C'est une coutume, les vœux de Marie-France Beaufils, la maire de Saint-Pierre-des-Corps étaient très politiques ce vendredi soir à la salle des fêtes de la commune. Tour à tour les sujets nationaux, locaux et internationaux ont été abordés.

L'inquiétude pour les finances locales

Au niveau national d'abord avec un retour sur l'année 2017 et ses élections qui ont bouleversé le paysage politique. Et la maire de Saint-Pierre-des-Corps de s'interroger sur la vie démocratique avec des électeurs s'étant moins déplacés que par le passé. Des élections qui ont vu triompher Emmanuel Macron et La République en Marche qui depuis ont mis en place une politique forcément inquiétante pour l'élue communiste à commencer par la réduction des dépenses demandées aux collectivités locales alors qu'elles « réalisent 70% de l'investissement public ».

« C'est pourquoi nous sommes inquiets de voir se confirmer une réduction de la dépense publique particulièrement contreproductive » s'est exprimée Marie-France Beaufils.

Avec un taux de pauvreté de plus de 20% dans sa commune, cette dernière s'est aussi inquiétée des difficultés face au retour à l'emploi. Et dans ce domaine, la maire de saluer la dynamique sur sa commune « contrairement à ce que l'on entend », en citant le Technicentre, mais aussi les industries liées au ferroviaires comme Faivelay, Veccetti, Meccholi... sans oublier le projet porteur de restauration de la Locomotive Pacific présente sur le site des Magasins Généraux qui bénéficie toujours d'un regard particulier et qui verra s'installer l'entreprise Imateq sur une partie du site. « Les possibilités de développement sont grandes sur ce site du Magasin Général et nous allons poursuivre notre action dans ce sens avec la participation de la Métropole dont c'est le domaine de compétence ».

Le tramway comme sujet fédérateur

Une Métropole dont il sera également question dans ce discours de vœux avec la question de la place de la gare TGV mais aussi et surtout celle de l'épineuse question du tramway. Marie-France Beaufils veut la deuxième ligne sur sa commune et n'en démord pas. La maire regrette notamment un avenir de la Métropole qui ne soit "conçu que vers l'ouest de Tours". Et l'élue de plaider de nouveau pour une étude des trois branches (Bretonneau-La Riche, Chambray-Trousseau et Saint-Pierre Gare-Plaine du Cher) partant de Tours Centre en liaison avec la première ligne, tout en avançant comme argument les encombrements actuels pour les bus et les automobilistes sur le boulevard Heurteloup, aux ronds-points des Français libres, ainsi qu'une circulation de 18 000 voitures/jour sur les bords de Loire et de 24 000/ jour sur l'avenue Duclos. "Doit-on oublier les habitants de l'Est de la Métropole ?" pose-t-elle comme question, non sans rappeler que Saint-Pierre-des-Corps avait anticipé le passage d'une ligne de tramway avec l'aménagement de l'avenue Bonnin à la fin des années 90. Il faut dire que la maire de Saint-Pierre-des-Corps a fait du tramway une question prioritaire depuis de nombreuses années sans obtenir pour le moment gain de cause auprès de ses collègues métropolitains. Et bien que les terminus et le trajet de la deuxième ligne aient déjà été validés par la Métropole, Marie-France Beaufils aujourd'hui d'appeler la population à s'emparer du sujet.

Pour une reconnaissance de la place des femmes dans la société

Enfin sur la question internationale, Marie-France Beaufils est revenue sur l'affaire Weinstein et plus largement de la place des femmes dans la société. "Il faut s'interroger sur l'image que l'on transmet aux enfants, des hommes et des femmes et de leur rôle dans la société [...] Je veux réaffirmer avec force que rien n'autorise de se faire importuner... quand ce n'est pas pire".

Une sortie sur le respect récidivée quelques minutes plus tard sur la question des migrants avant de terminer son discours sur la question de la Palestine (Saint-Pierre des Corps est jumelée avec la commune d'Hébron en Palestine)