Tours Agglo

Joué-lès-Tours : « une grande ville de commerce, pas une ville dortoir »

Plusieurs enseignes ont ouvert ces derniers mois, notamment en centre-ville.

« Il y a un nouveau souffle Rue Gamard » estime en premier lieu Christian Brault quand on lui demande de faire le bilan de santé du commerce jocondien : « aujourd’hui, le problème n’est pas 100% solutionné mais à 97%... » note l’adjoint au commerce de la deuxième ville du département. Et comme cette rue est en plein centre-ville, sa bonne santé diffuse des ondes positives sur toute la commune (où l’on recense un total de 330 commerces).

C’est un fait : ces derniers mois, le tissu d’enseignes s’est nettement renouvelé au cœur de Joué… Il y a par exemple eu l’ouverture de La Passerelle des Créateurs (une boutique spécialisée dans les créations locales) mais aussi l’arrivée d’une brasserie (Aux Petits Oignons), d’une friperie, d’un magasin de chaussures… Ne reste qu’à retrouver un projet pour remplacer Histoires de Tartes, parti prématurément. L’élu espère une solution pour le début de l’année 2018 après le retrait d’un candidat pour des raisons personnelles.

« Le tram n’est pas un handicap »

Ouvrir des commerces, c’est bien… Faire en sorte qu’ils survivent dans le temps, c’est mieux. Et là, Christian Brault s’agace un peu : « tant que nos amis banquiers ne seront pas ouverts le samedi après-midi, on ne réussira pas à drainer du monde. » Dans un monde où l’on fait de plus en plus d’opérations bancaires sur le web, l’adjoint au maire voit donc les banques comme une locomotive, en prenant notamment l’exemple de Tours. « Le trafic cela se crée » persiste-t-il, confiant avoir entamé des discussions avec les responsables des banques. Le souci, c’est que pour changer leur organisation, cela va prendre un petit moment…

« Joué-lès-Tours est la deuxième ville du département, c’est une grande ville commerçante, pas une cité dortoir » martèle encore Christian Brault  Son objectif : attirer des enseignes capables de séduire un public large (on parle d’une marque connue dans le domaine de l’alimentaire).

En attendant, des indépendants peuvent aussi jouer ce rôle de belle manière comme le nouveau magasin de chaussures près de la mairie ou l’opticien situé sur le trottoir d’en face : « ce qui les aide, c’est que les rayons sont régulièrement renouvelés. » Suffisant pour satisfaire des consommateurs tentés de prendre le tram pour aller faire du shopping à Tours ? « Le tram n’est pas un handicap. Il y a des gens qui montent et d’autres qui descendent » assure Christian Brault. Pour justifier son raisonnement, il donne un chiffre : « il y a aujourd’hui moins de dix commerces disponibles dans la ville. »

Plus de places de parking

Pour aider des entrepreneurs à s’installer, la ville a acquis une douzaine de boutiques et propose des loyers à tarif « modérés », « et il n’est pas interdit que ces gens deviennent propriétaires ensuite. Nous n’avons pas vocation à rester propriétaires, ce n’est pas le rôle d’une municipalité. »

Autre mesure vouée à dynamiser le commerce : l’ajout de bornes qui limitent clairement le temps de stationnement sur la Place du Général Leclerc. Au bout d’1h10, la police municipale est prévenue par SMS qu’un véhicule abuse… Encore en test, le dispositif semble porter ses fruits : « bizarrement, tout le monde a de la place maintenant… » L’élu tient à rappeler aussi que la mairie avait promis 200 créations de places en 2014, « on est largement au-dessus. »

Autre chose ?

Dans la zone du Super U, une nouvelle animalerie est annoncée et le drive va s’agrandir.

La ville aimerait bien voir arriver un boucher… Mais le secteur peine à recruter.

Au sud, les fouilles en vue du chantier du futur Leclerc sont toujours en cours : « ce dossier traîne depuis le début des années 80 » note Christian Brault. Cependant, il ne montre pas une grande impatience à le voir aboutir. En revanche il se félicite de voir qu’il y a de plus en plus de commerces de détail dans les zones artisanales.

Olivier Collet

Noël approche…

Comme chaque année, c’est une période importante pour le tissu commercial. Joué en Fête reviendra le week-end du 15 au 17 décembre avec un marché de Noël déjà plein devant la mairie, et le stand vin-huîtres de l’UCAJ (l’association des commerçants).