Tours Agglo

LEGISLATIVES A LOCHES : Auconie investie, Angenault persiste

Il y aura bien un duel à droite en Sud Touraine.

Cette fois, c'est fait. Sans grande surprise, la présidente de l'UDI37 Sophie Auconie a été investie comme candidate de l'union LR-UDI (droite et centre) pour les législatives des 11 et 18 juin, sur la circonscription de Loches, St Avertin, Chambray-lès-Tours...

"Je suis particulièrement honorée de la confiance qui m'est accordée par les instances nationales des deux partis, ma candidature est celle de l'alternance" indique celle qui est aussi conseillère municipale à Tours (donc sur une autre circonscription).

Dans un communiqué, elle poursuit : "Nous agirons ensemble pour porter des engagements forts que je présenterai et pour lesquels je m'engagerai devant tous nos concitoyens tourangeaux, qu'ils soient agriculteurs, artisans, issus du monde économique, des collectivités territoriales ou encore des associations. Je me battrai, en toute simplicité avec toute mon expérience et mon volontarisme, pour rassembler autour de ce projet. Je représenterai ces territoires qui souffrent de la politique menée depuis 5 ans et dont Marisol Touraine est comptable. Pourtant cette circonscription est riche d'une belle énergie avec de nombreux atouts géographiques, économiques et surtout humains. Ensemble nous réussirons à porter la voix de la Touraine du Sud, du Grand Lochois, de la Vallée de l'Indre ou de l'agglomération pour développer leurs ambitions et faire épanouir leurs potentiels."

Outre Marisol Touraine, élue députée sur le territoire en 2012 puis remplacée par Jean-Marie Beffara à son entrée au gouvernement, Sophie Auconie trouvera sur son chemin le maire de Loches, Marc Angenault, qui est militant chez Les Républicains mais devient donc candidat dissident. Dans un communiqué, il évoque "des négociations mercantiles sans tenir compte des situations locales" : "nous nous retrouvons avec une candidate UDI, qui n'a aucune attache historique avec notre territoire, conseillère municipale de Tours, et qui aujourd'hui est à la recherche d'un mandat qui pourrait relancer sa carrière politique. Je n'accepte pas cette manière de faire de la politique, sans aucun sens de l'intérêt national et local, détachée de toute valeur morale et de ce qui fait la noblesse de l'action publique. Par ailleurs cette candidature fragile ne pourra s'opposer avec efficacité aux moyens importants déployés par Marisol Touraine pour conserver son mandat, malgré le bilan désastreux du quinquennat Hollande, et sera impuissante face à la poussée permanente de l'extrême droite. (...) Dans ce contexte inacceptable de délitement du pays et de l'action politique, je vous affirme donc le maintien de ma candidature à ces élections."

Une situation qui pourrait profiter à la candidate socialiste mais aussi, probablement, au Front National. Pas sûr non plus que Marc Angenault conserve certains soutiens dont il se défendait pourtant comme celui du président des LR37 Frédéric Augis qui explique être un "légitimiste" malgré son amitié avec l'élu lochois.