Tours Agglo

Affaire Bygmalion : Philippe Briand renvoyé en correctionnelle avec Nicolas Sarkozy

Le procès pourrait avoir cette année.

5 ans après la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, le dépassement de ses comptes refait la Une de l'actualité ce mardi midi, chassant les déboires de François Fillon de l'ouverture des journaux télévisés. Un juge d'instruction vient de signer une ordonnance de renvoi en correctionnelle pour les 14 prévenus mis en examen dans cette affaire, dont l'ancien président Sarkozy mais aussi celui qui était trésorier de sa campagne : le député-maire Philippe Briand, également président de la communauté urbaine Tour(s)Plus.

Le rappel des faits : la campagne de l'UMP a coûté beaucoup trop cher (un dépassement de près de 20 millions d'euros), et un système de fausses factures aurait été mis en place avec la société Bygmalion afin de masquer cette flambée destinée à organiser des meetings.

La grande question : qui était au courant ? Selon Le Monde, dans son ordonance, le juge d’instruction écrit que « plus que quiconque, [Nicolas Sarkozy] était supposé connaître, respecter et faire appliquer par ses équipes les dispositions légales » en matière de financement de campagne. Le Tourangeau Philippe Briand, mis en examen notamment pour escroquerie et usage de faux, a toujours dit qu'il se contentait de signer des chèques et attend désormais de s'expliquer devant les juges. Cela pourrait encore prendre plusieurs mois d'autant que les avocats de Nicolas Sarkozy annoncent ce midi qu'ils font appel de ce renvoi car il n'a pas été signé par l'ensemble des magistrats en charge du dossier.