Tours Agglo

Accusations contre une enseignante de Joué-lès-Tours : condamnation en appel

La justice orléanaise a reconnu la diffamation.

Ce lundi 30 janvier, la cour d'appel d’Orléans a rendu un jugement très attendu dans le procès pour diffamation opposant Farida Belghoul et Dalila Hassan, de l'association JRE (Journée de Retrait de l'Ecole) à une enseignante de Joué-lès-Tours, qui travaillait à l'école Blotterie.

En première instance, le 19 mai 2016 au tribunal correctionnel de Tours, les deux femmes avaient été reconnues coupables de diffamation, de complicité de diffamation et écopaient de peines d'amende (5 000 et 4 000€), de dommages et intérêts envers la victime ainsi que de la publication du jugement, à leurs frais dans trois journaux. Cela pour avoir diffusé une vidéo sur Internet en 2014, une séquence reprochant notamment à l'institutrice d'avoir demandé à ses élèves de maternelle de se déshabiller en classe. Des faits inventés.

Ayant fait appel de cette décision, Mmes Belghoul et Hassan ont été à nouveau condamnées pénalement et civilement, et de nouveau reconnues coupables de diffamation et complicité de diffamation. Elles doivent notamment verser solidairement 15 000€ au titre des dommages et intérêts à l'enseignante + des amendes, respectivement de 8 000€ (plus lourde qu'en première instance) et 2 000€.

Dans un communiqué, Sud Education 37 et Solidaires 37, syndicats qui ont défendu l'enseignante "tout au long de cette affaire nauséabonde" précisent qu'ils "continueront à combattre toutes les attaques faites à l'école publique et laïque et soutiendront tous les collègues subissant de telles attaques."

Cliquez ici pour lire le film du procès en première instance à Tours.