Tours Agglo

Qualité de l’eau médiocre à St-Cyr-sur-Loire : la ville s’explique

Des travaux sont en cours pour réduire la dépendance à un désinfectant controversé : le bioxyde de chlore.

Surprise pour une de nos lectrices vendredi lors de la publication de notre article sur la qualité de l’eau en Indre-et-Loire : sur son site, l’association Que Choisir faisait mention d’une qualité « médiocre » dans les robinets de St-Cyr-sur-Loire mais dans son compte rendu annuel résumé dans nos pages, l’UFC37 n’épinglait pas la commune. La question semble évidente : pourquoi ?

« Nous sommes les premiers étonnés de ces résultats » nous explique-t-on à l’association. Daniel Héry, qui suit de près les questions de l’eau notamment sur l’agglo de Tours précise : « les données présentes sur le site sont issues des rapports de l’Agence Régionale de Santé. Pour St-Cyr-sur-Loire, le problème ne vient pas des pesticides, du fluor ou du chlorure de vinyle (produit potentiellement cancérigène présent dans les vieux tuyaux, ndlr) mais sûrement d’un dysfonctionnement dans le réglage de la chaîne de traitement. »

Et cette situation n’est pas nouvelle : « il est vrai que St-Cyr-sur-Loire est dans le collimateur de l’ARS Centre-Val de Loire parce qu’elle utilise du bioxyde de chlore pour traiter son eau et la désinfecter. Ce produit peut entraîner des désagréments si l’on en maîtrise pas bien l’injection. » Autre problème pointé par l’UFC Que Choisir relayant les rapports de l’ARS : la présence en nombre de matières organiques, potentiellement chargées en bactéries.

Forcément, avec un tel constat, depuis vendredi le téléphone n’arrête pas de sonner à la mairie : des habitants s’inquiètent de consommer une eau qui ne serait pas d’une qualité optimale. Le 1er adjoint au maire Fabrice Boigard entre alors en opération déminage : « l’eau de St-Cyr-sur-Loire est de très bonne qualité. Nous avons un contrôle strict de la qualité avec une cinquantaine de paramètres au total. Depuis 25 ans, nous avons par ailleurs fait 1 500 analyses bactériologiques et toutes étaient conformes à 100% en matière de qualité. Nous disposons d’un système de surveillance automatisé sous alarme qui bloque tout en cas de souci. »

En ce qui concerne les matières organiques, l’élu développe : « la valeur moyenne à St-Cyr est de 2,1mg par litre d’eau quand la norme est à 2mg. Mais cela ne provient pas d’une pollution. Il s’agit en fait de ce que l’on appelle le Carbone Organique Total (COT), naturellement présent en quantité plus importante dans la Loire d’où vient notre eau. Leur taux augmente en fonction des activités naturelles : la dégradation des végétaux, les saisons ou le débit de la Loire. A notre connaissance, cela ne génère aucune maladie à court terme, moyen terme ou long terme. »

Concernant le bioxyde de chlore, Fabrice Boigard se veut également rassurant : « la norme est de 0,2mg par litre et nous sommes à 0,56mg. Mais aux Etats-Unis ou au Canada la norme est d’1mg et dans ses recommandations l’Organisation Mondiale de la Santé préconise de ne pas dépasser 0,7mg/l. » Consciente qu’il y a quand même un problème à régler, St-Cyr-sur-Loire a engagé un plan de transformation de son organisation de distribution d’eau afin de réduire sa dépendance au bioxyde de chlore.

Débuté en 2016, le chantier doit s’achever cette année. L’idée : « désormais l’eau sera traitée une première fois au chlore sur la station du Portillon » explique Régis Kergosien, responsable de l’eau à St-Cyr. « Ce chlore va ensuite se dissoudre naturellement dans le transport jusqu’au château d’eau. Nous aurons alors une eau déjà désinfectée dans laquelle il suffira d’ajouter une dose minime de bioxyde de chlore pour son transport jusque chez le consommateur. » Les choses devraient donc s’améliorer dans les prochains mois.

Olivier COLLET