St-Pierre-des-Corps

300 cheminots en grève réunis à Saint-Pierre-des-Corps

Dans le cadre de la grève perlée contre la réforme de la SNCF

Nouvelle journée de mobilisation ce vendredi 13 avril pour les cheminots mobilisés contre la réforme de la SNCF et de leur statut. Dans l'agglomération tourangelle, depuis le début de leur mobilisation, les cheminots alternent entre actions à Tours et à Saint-Pierre-des-Corps. C'est dans cette dernière commune qui se sont rassemblés ce vendredi matin dès 6h pour tenir un piquet de grève filtrant devant le technicentre mais aussi au dépot près de la gare. Des piquets de grève filtrants, accompagnés de tracts distribués aux automobilistes passants.

A 11h tout le monde s'est retrouvé devant le technicentre pour un tour de prises de paroles sur la suite à donner au mouvement. Les cheminots étaient alors environ 300. Des cheminots qui restent déterminés et qui sont satisfaits de la réussite du principe de la grève perlée (2 jours en grève pour 3 jours travaillés), mais qui réfléchissent désormais à donner un élan supérieur à leur mouvement à travers différentes actions.

Des cheminots excédés par la stigmatisation qu'ils estiment subir également, dénoncent une dégradation des conditions de travail ces dernières années et un travail justement pas assez reconnu par leur direction. "Au bout de 18 ans de SNCF, je ne touche que 1400 euros par mois, ce n'est pas ce que j'appelle être privilégié", s'offusque ainsi l'un d'entre eux, lassé d'entendre dire que le statut de cheminot est une des causes de la dette de l'entreprise. "La dette elle a surtout été creusée par de mauvaises décisions venues d'en haut" poursuit un autre. "Il n'y a aucune stratégie et on voit bien qu'on nous balade, un coup on sépare en trois EPCI, un coup on regroupe et à chaque fois on nous dit que la réforme en cours va définitivement améliorer les choses. On ne les croit plus".

Des cheminots qui n'ont pas été convaincus par l'intervention télévisuelle du Président Emmanuel Macron ce jeudi au journal de 13h. "Il ne veut pas céder, et  bien il va falloir que l'on arrête d'être des bisounours" explique un cheminot lors de prises de paroles.

Le projet de loi sur la SNCF doit être voté en première lecture par l'Assemblée Nationale le 17 avril prochain.