St-Pierre-des-Corps

La Rave-Party au Magasin Général de Saint-Pierre-des-Corps marque les esprits

Un millier de teufeurs se sont rassemblés dans le bâtiment abandonné

Un an après le Teknival à Pernay qui avait rassemblé jusqu'à 60 000 personnes, la Touraine a accueilli une free-party qui a fait parler d'elle le week-end dernier. Et pour cause, celle-ci a rassemblé un millier de personnes dans le cadre du Magasin Général de Saint-Pierre-des-Corps.

Fermé et abandonné depuis 2006 mais visité régulièrement pour diverses raisons, le Magasin Général est un bâtiment qui attire. Il faut dire que son architecture gigantesque sur 3 niveaux (25 000 m²) en fait une véritable cathédrale de béton impressionnante. C'est ici que Radio Béton avait notamment fêté ses 20 ans en 2006 (organisé légalement). Une fête qui avait marqué beaucoup d'esprits. Oui mais depuis 2006, le bâtiment s'est largement dégradé, il a été aussi vandalisé et l'ensemble se retrouve fragilisé.

C'est pourtant ici qu'une free-party (illégale donc) a été organisée samedi soir par différents collectifs de soundsystems (Les Insoumis, Resistance Centre et Malfeteurs BZH), attirés par l'architecture du lieu. Une soirée nommée Scandale Party qui malgré les risques encourus (avec les vibrations des enceintes dans le bâtiment non-sécurisé), s'est globalement bien passée, sans intervention des forces de l'ordre. A noter néanmoins une dizaine d'interventions des pompiers pour des malaises. Un rassemblement qui avait causé quelques heures plus tôt quelques retards de trains à partir d'Orléans et de Fleury-Les-Aubrais, avec 150 teufeurs restés coincés en gares faute de places. 

Une vidéo de la soirée :

La Touraine pourrait prochainement revivre un nouveau rassemblement techno avec le 25e Teknival qui se déroulera du 27 avril au 1er mai. Un Teknival qui pourrait revenir donc en Indre-et-Loire à croire plusieurs sources. Une info à prendre avec précaution, la part d'intox étant souvent de rigueur lors de ces rassemblements où les organisateurs jouent régulièrement au "chat et à la souris" avec les forces de l'ordre. A noter cependant que pour cette 25e édition, les organisateurs tentent de légaliser le Teknival auprès des autorités (comme ce fut le cas dans le passé jusqu'en 2015). S'ils n'y arrivaient pas, ils annoncent malgré tout le maintien de leur événement.

Lire également sur 37 degrés : Teknival : une culture alternative et libertaire

Photo : (c) Malfeteurs BZH