St Avertin

Saint-Avertin : le maire Alain Guillemin se dit "humainement déçu"

Au lendemain de la démission collective de 19 membres de sa majorité...

 

Au lendemain de la démission collective de 20 membres du Conseil Municipal, le maire de Saint-Avertin, Alain Guillemin a convié la presse afin de livrer ses propos et son analyse sur les événements de la veille qui ont conduit à la dissolution du conseil municipal.

Face à la presse, derrière son bureau de maire, Alain Guillemin, toujours maire de Saint-Avertin pour quelques semaines encore, adopte un ton calme, clair. L'élu saint-avertinois n'a pas préparé de discours et répond aux questions par des phrases courtes, sans fioritures. On sent l'homme touché et blessé. Surpris même par la « trahison » de ses anciens collègues de la majorité. « J'ai été choqué par la méthode » commente-t-il. « C'est de la pure politique politicienne, désuète, à l'ancienne. Celle que les citoyens ne veulent plus ».

Si le maire ne cache pas des difficultés dans sa majorité ces derniers mois, il rappelle que Jean-Gérard Paumier et Laurent Raymond, (candidat pour lui succéder), ont voté le budget 2018 à ses côtés. Qu'a-t-il pu se passer dès lors pour que les choses se précipitent ainsi ? « Depuis la déclaration d'intention de candidature de Sophie Auconie, il y a eu une panique chez certains » tente d'analyser Alain Guillemin. Sophie Auconie, que ce dernier soutient dans son choix de briguer la mairie. « J'appelle de mes vœux à sa candidature parce qu'elle peut beaucoup apporter à la ville » poursuit-il. « Je pensais qu'un duo Jean-Gérard Paumier au Département et Sophie Auconie à Saint-Avertin aurait pu être une bonne chose pour la commune, d'autres ne l'ont pas vu comme ça ».

Concernant Jean-Gérard Paumier, Alain Guillemin explique être partagé par des « sentiments mitigés », comprenant à la fois le coup politique du candidat mais étant  « humainement déçu ». Et Alain Guillemin de faire un peu d'histoire : « C'est moi qui est poussé le candidat Paumier en 2001 pour être tête de liste lors de son premier mandat. J'ai toujours été fidèle ». Fermez le ban.

Reste la question de la campagne qui se profile, de nouvelles élections devant se tenir dans les trois mois. Si Alain Guillemin, conformément à ce qu'il avait annoncé ne sera pas candidat au poste de maire, il réaffirme son soutien à Sophie Auconie et n'exclue pas de faire campagne pour elle mais également d'avoir un rôle à jouer, en tant qu'adjoint ou simple conseiller municipal si l'actuelle députée de la 3e circonscription venait à être élue maire de Saint-Avertin.

Relire également notre analyse sur 37 degrés

Mathieu Giua