Portraits

Il veut que vous travailliez debout

Et si l'avenir c'était de travailler sans la sacro-sainte chaise roulante ? Un entrepreneur Tourangeau y croit, nous l'avons rencontré au salon Made In Touraine.

Il n'est jamais trop tard pour bien faire. Même quelques jours après la fermeture des portes du salon Made In Touraine on peut - et on doit - se souvenir que l'on y a vu de belles choses. On a appris plein de mots compliqués et on a ri aussi. Par exemple avec Patrick Turbat. Il s'amuse notamment du fait que ses voisins sont un peu agacés de voir toute l'agitation autour de son stand. Il faut dire qu'il fait un sacré cirque. Pas de bruit. Non. Il appuie juste sur un bouton ce qui fait monter et descendre le pupitre sur lequel il présente son entreprise. Il faut parfois peu de choses pour attirer le regard et comme nous sommes tous de grands enfants, voir un bureau monter et descendre on croit tellement ça magique qu'on le regarde avec des étoiles dans les yeux.

Pourtant, si Patrick Turbat en vient aujourd'hui à faire la promotion d'un tel objet - qu'il a conçu et fabrique depuis Nazelles Négron - c'est en quelque sorte parce que la conjoncture économique l'y a poussé. Toujours spécialiste de l'aménagement commercial avec sa société Parten'R (il est capable de s'occuper de centres de beauté, de pharmacies ou de supermarchés), il a été obligé de se diversifier depuis la crise de 2008 qui a considérablement impacté l'activité commerciale et du même coup ses capacités d'investissement.

Un concept venu du Nord

C'est dans les pays nordiques que notre entrepreneur de la région d'Amboise est allé chercher son inspiration. Là bas, on a coutume de dire que la société a de l'avance sur la nôtre. Par exemple, les salariés sont de plus en plus souvent amenés à travailler debout. Il parait que c'est beaucoup mieux pour la santé. Donc Patrick Turbat a importé l'idée. Mieux que ça, il a conçu un système de poste de travail qui s'adapte aux désirs de la personne qui l'utilise. Ainsi, on peut s'en servir avec ou sans chaise. Le monter ou le baisser selon ses envies, l'heure de la journée, sa taille, la personne que l'on a en face de soi. Conçu sur mesure pour ses clients, le produit existe en deux versions : avec des verrins électriques ou avec un système manuel.

Patrick Turbat le concède : oui, un tel produit est vendu 1000€ quand un bureau classique va rarement dépasser les 400. Mais c'est du made in Touraine, c'est innovant, tout à fait adapté aux changements de la société et des sociétés qui ont de plus en plus envie de promouvoir le bien-être au travail. D'ailleurs, alors qu'il vient seulement d'en débuter la commercialisation, il est très agréablement surpris par tous ces retours positifs, cette curiosité ambiante. Il a de plus réussi à convaincre de premiers clients comme l'agence de la Sécurité Sociale à Blois. Et quoi de mieux qu'une institution représentative de la santé en France comme porte drapeau d'un produit fait pour encourager la bonne santé au travail ? Actuellement, Parten'R emploie 8 personnes. "Notre métier est vivant, on reste en mouvement" plaide Patrick Turbat. Alors qui sait, peut-être que non seulement il pourra réussir à vaincre la crise mais aussi à s'en servir pour monter encore plus haut que son bureau ?

Olivier COLLET