Politique

"Gilets jaunes" : Le référendum d'initiative citoyenne dans toutes les bouches

800 "Gilets jaunes" ont manifesté à Tours ce samedi avec ce mot d'ordre commun.

Les « Gilets jaunes » ont de nouveau manifesté dans les rues de Tours ce samedi 15 décembre. Si comme ailleurs en France, la mobilisation s'est faite moindre que la semaine passée - à Tours avec 800 manifestants contre plus de 2000 le samedi précédent - cet Acte V a montré néanmoins qu'une base solide était prête à poursuivre le mouvement. Une mobilisation qui affine ses revendications au fur et à mesure. Ce samedi, le mot d'ordre était notamment tourné en faveur d'une revendication principale : le référendum d'initiative citoyenne,

Derrière le référendum d'initiative citoyenne se cache l'idée selon laquelle les citoyens peuvent demander un droit de regard sur un texte de loi à partir d'un certain nombre de signatures (l'idée de 700 000 signatures est celle retenue dans les 42 revendications des « Gilets Jaunes »). Une mesure qui avait été défendue par plusieurs partis politiques : de la France Insoumise au Rassemblement National en passant par une partie du Modem.

Dans les rangs des « Gilets jaunes » tourangeaux certains évoquent le modèle de votations suisses. Un dispositif qui permettrait aux citoyens donc de poser un droit de veto sur des décisions des élus mais aussi de proposer également des lois. « On ne veut plus se contenter de voter une fois tous les 5 ans et après donner une carte blanche aux élus qui font ce qu'ils veulent dans notre dos » explique ainsi Antoine, un des gilets jaunes tourangeaux.

Dans le cortège, ce référendum d'initiative citoyenne, ou RIC, est ce qui revient sur toutes les bouches ce samedi 15 décembre. A travers ce mot d'ordre on devine un mouvement qui s'installe progressivement dans le paysage politique national. Passées les premières semaines de revendications et leur lot de colères diverses et un peu désordonnées, les « Gilets jaunes » structurent peu à peu leurs pensées et le sens à donner à leur mouvement. Moins nombreux ce samedi, ceux présents samedi restent plus motivés que jamais et appellent d'ors et déjà à un acte VI samedi 22 décembre. «  C'est dans les prochaines semaines que l'on verra si on peut peser réellement, il faut que l'on maintienne la pression sinon tout ce qu'on aura fait n'aura servi à rien » explique Delphine. « Moi j'ai déjà prévu de passer les réveillons sur les ronds-points avec les copains » poursuit-elle comme pour témoigner de sa volonté de poursuivre le mouvement.

MG