Politique

Tours : La République en Marche lance la bataille des Municipales

Cela débute par une vaste série de questionnaires en porte-à-porte

 

Les Elections Municipales ce n'est qu'en mars 2020 mais pour les mouvements politiques, cette échénace électorale se prépare déjà. Premiers à se lancer officiellement dans la bataille : La République En Marche. Samedi dernier, le mouvement du président Emmanuel Macron a en effet lancé officiellement "La Grande Marche des Municipales" à Tours.

Le procédé est désormais connu et se base sur "La Grande Marche" lancée par Emmanuel Macron en amont de la dernière campagne présidentielle. Un procédé qui consiste à aller au contact de la population, questions à la clé, afin d'avoir un diagnostic qui servira de base au projet politique proposé. Une démarche déjà dupliquée pour les élections européennes au printemps dernier et donc cette fois pour les municipales. Concrètement, les militants LREM vont partir à la rencontre des habitants, questionnaire à la main afin de "prendre leur parole".

Un document d'une soixantaine de questions

Le questionnaire en question aborde différentes thématiques : transports, vie quotidienne, environnement, sport, urbanisme, grands projets, sécurité... sous forme de QCM ou de réponses courtes.

Pour Philippe Chalumeau, le député LREM de Tours : "Nous inversons la démarche habituelle, parce que nous n'arrivons pas avec un projet pré-établi, mais nous allons le co-construire avec les habitants". Une "Grande Marche" qui sera dupliquée dans autant de communes que possible, à partir de questionnaires issus des comités locaux. "A Amboise le processus est par exemple en cours" explique de son côté Philippe Péruchon, le référent départemental de La République En Marche.

Et si pour l'heure "le temps de l'incarnation (la tête de liste, ndlr) n'est pas encore venu" nous explique-t-on, cette vaste opération qui vise à aller dans tous les quartiers de la ville pour "prendre le pouls de la population", est aussi l'occasion "d'aller chercher de nouveaux talents", c'est à dire trouver de nouveaux militants potentiels ou de possibles candidats sur la prochaine liste des Municipales. Une liste sur laquelle Benoist Pierre, qui coordonne cette opération à Tours, est appelé à tenir un beau rang, certains l'évoquant en coulisses comme le futur N°1. "Pas le moment d'en parler, nous ne sommes pas là pour se répartir les fonctions" rétorque ce dernier. Une Grande Marche dans laquelle le député Philippe Chalumeau veut s'impliquer également. "Je suis un parlementaire heureux mais je reste un militant et c'est dans notre ADN de faire des diagnostics de terrain" explique celui qui souhaite réinventer la gouvernance municipale et les rapports entre parlementaires et élus locaux.

Mathieu Giua