La Riche

Des expulsions au cas par cas aux Iles Noires

Une décision de justice ordonne l'expulsion d'une quarantaine de personnes sous un délai de 4 mois.

 Ils sont une cinquantaine à être installés. Pour certains depuis plusieurs années, d'autres depuis quelques mois. De communauté rom, originaires pour la plupart de Bulgarie, informent les autorités, ils vivent de manière illégale dans des habitations de fortune et précaires aux Iles Noires à La Riche, cette bande de terre inondable, coincée entre la Loire et la digue.

Ce mardi, la Justice a exigé, sur demande de la Métropole, propriétaire des terrains, leur expulsion dans un délai de 4 mois. Pour Wilfried Schwartz, le maire de La Riche, "les choses se sont aggravées depuis deux ou trois ans avec l'installation de manière pérenne d'une communauté."

Et ce dernier de préciser : "cela n'est pas en lien avec le projet que nous avons sur les Iles Noires. Il ne s'agit pas de chasser les populations, mais nous ne pouvons pas les laisser dans cette situation d'insalubrité." Un avis partagé par Corinne Orzeckowski, la Préfète d'Indre-et-Loire : "Mon sujet c'est l'éradication des bidonvilles et la protection des populations. J'avais dit que je prendrais en main le sujet des implantations illégales, c'est ce que nous faisons."

Concrètement, la ville de La Riche, la Métropole et les services de l'Etat vont mener un travail conjoint afin d'établir un diagnostic fin des situations des familles concernées par la décision d'expulsion. "Nous avons obtenu des financements à hauteur de 40 000 euros par l'Etat pour lancer une maîtrise d'ouvrage urbaine et sociale" explique la Préfète d'Indre-et-Loire. Cette maîtrise d'oeuvre urbaine et sociale va permettre de mobiliser différents acteurs dont les services sociaux du département.

Dans un premier temps un diagnostic au cas par cas sera donc fait, dans le but de proposer des solutions derrière aussi bien en terme de relogement que d'insertion, de prise en charge médicale ou encore de scolarisation pour les enfants. Des prises en charge plus complexes qu'elles ne le paraissent au premier abord, "certaines situations humaines étant compliquées" nous explique-t-on.

Photo : image d'archives aux Iles Noires