Indre-et-Loire

Le public de Terres du Son est en forme : la preuve en 18 photos

Déjà une soirée mémorable vendredi soir.

Les bouchons ? Les navettes qu’on attend longtemps pour rejoindre Monts ? Les copains qu’on ne retrouve pas car le réseau rame ? Petits tracas de festival. Pas de quoi gâcher Terres du Son. Juste des anecdotes dont on s’amuse pour patienter entre deux concerts ou dans la file d’attente des toilettes (sèches, parce qu’on vous rappelle que Terres du Son c’est un ECO-festival).

Jusqu’à dimanche on attend environ 40 000 personnes pour la 15e édition de l’événement installé au Domaine de Candé. Avec la présence d’Angèle vendredi soir, la prairie a fait le plein : pas loin de 15 000 personnes selon les organisateurs de l’événement. Comme chaque année, le site s’est rempli tranquillement… Mais à peine les portes ouvertes à 18h que déjà les bars étaient pris d’assaut un peu partout. Le petit plus : venez avec votre verre de l’an dernier ou même d’un autre festival, pour ne pas payer une nouvelle consigne.

Plus la soirée avançait, plus il fallait patienter pour avoir sa bière/son thé glacé. Mais surtout plus le son commençait à résonner de partout : d’abord Sun Gazol, 1er concert programmé sur la scène Propul’son dédiée aux découvertes locales. Puis Astéréotypie sous le chapiteau avant l’entrée en scène de Last Train sur la grande scène Ginkgo. Un concert bien rock, chaud comme la température de l’air, et rythmé au point d’exciter une foule qui n’attendait que ça. Excellent warm up avant Josman, Stuffed Foxes…

Après Angèle, le Tourangeau d’Ephèbe était en forme olympique à Propul’son vers minuit, muni de son pistolet à eau et de titres taillés pour bouger en plein milieu de la nuit. Ça ne s’est pas arrêté là (ça aurait été dommage) : Kompromat a balancé son électro nouvelle génération sous une Lune très lumineuse avant que l’on ne termine par quelques pas de danse avec Sara Zinger sous le chapiteau.

On reprend la route, certains dorment au camping… Il reste encore deux journées promises comme ensoleillées et chargées en découvertes culturelles. Au village gratuit (le gros des événements y débute à 14h) ou sur la prairie avec Gringe et Lou Doillon. Puis Vald et Jeanne Added. Tant de promesses. Autant vous dire que les sourires et les looks cools contenus dans cet article ne sont qu’un avant-goût de ce que nos photographes sont capables de shooter d’ici le soir du 14 juillet.

Reportage de Morgan Morvan et Pascal Montagne :