Indre-et-Loire

Les chiffres qui montrent que l’économie de la région va bien, et ceux qui prouvent que ce n’est pas terrible

On parle de chômage, de tourisme ou d’environnement

Chaque année l’INSEE publie une batterie de chiffres pour tirer le bilan économique de la région Centre-Val de Loire. Les données complètes sont disponibles ici. Nous en avons extrait quelques-unes qui montrent que la situation de la région peut être vue de façon positive, mais aussi que les choses sont loin d’être toutes roses…

Commençons par ces chiffres que la plupart des pros voient comme encourageants :

17 500 entreprises ont été créés dans la région en 2018, et c’est 17% de plus qu’en 2017. Il faut noter qu’il s’agit surtout de sociétés individuelles, mais aussi de commerces ou d’hôtels ou de restaurants. Mais ce que l’on retient surtout c’est que pour la troisième année consécutive les défaillances d’entreprises sont en baisse, cette fois de 2%.

En matière de commerce, les produits fabriqués en Centre-Val de Loire ont tendance à bien s’exporter : 19,8 milliards d’euros de marchandises vendues à l’extérieur de nos six départements contre 18,9 milliards d’euros de produits importés. La région est par exemple le 3e producteur français de produits cosmétiques et la 4e pour les produits pharmaceutiques. A eux seuls, les départements 28, 37 et 45 représentent 80% des exportations régionales.

Jamais il n’y a eu autant de touristes en Centre-Val de Loire, en l’occurrence 8,1 millions de nuits réservées dans les hôtels et campings de la région. Naturellement, l’Indre-et-Loire bénéficie particulièrement de cet afflux de visiteuses et de visiteurs, en particulier grâce à un printemps et à un automne ensoleillés. Dans notre département, la hausse de fréquentation des hébergements de loisirs est de 4,1%... avec une forte présence de touristes européens mais aussi français. Possible que ces chiffres progressent encore en 2019 avec les festivités pour les 500 ans de la Renaissance… mais attention à l’effet tourisme de masse qui booste certes les affaires mais crée aussi des nuisances, notamment sur l’environnement.

Maintenant observons quelques données plus nuancées…

A propos d’environnement, l’INSEE arrête ses chiffres en 2016 mais note une baisse des émissions de gaz à effets de serres en Centre-Val de Loire : -22% depuis 2008, ce qui reste néanmoins inférieur aux objectifs fixés par les pouvoirs publics qui étaient de -24%. 69% des émissions correspondent à du CO2 rejeté par les logements, le secteur agricole, les entreprises industrielles ou les transports. La consommation d’énergie a elle baissé de 1% de 2015 à 2016 et de 10% de 2008 à 2016. Et même si la qualité de l’air s’améliore, les épisodes de pollution à l’ozone restent fréquents avec 34 jours de mauvaise qualité à l’été 2018, soit 22 de plus que la moyenne des 5 années précédentes.

Revenons à l’économie pure et dure…

Le taux de chômage régional était de 8,3% à la fin de l’année, c’est comparable à la moyenne nationale mais c’est exactement le même chiffre qu’à la fin de l’année 2017. D’ailleurs, seuls la tranche d’âge 25-49 ans bénéficie d’une baisse du nombre de demandeurs d’emploi sans activité. Le nombre de chômeurs jeunes ou séniors a lui progressé, respectivement de +0,7% et +0,5%.

10 600 créations de logements ont été autorisées en 2018 en Centre-Val de Loire, soit 15,4% de moins qu’en 2017, -15,8% en Touraine. C’est plus fort qu’au niveau national mais cela fait aussi suite à trois années de hausse. Ce sont surtout les programmes de logements collectifs qui diminuent (-20%). Par ailleurs plus de 10 000 constructions ont débuté, un chiffre également en repli sur un an. A noter que le secteur des travaux publics (routes…) est lui dans le vert.