Indre-et-Loire

Elections européennes : des bugs dans les bureaux de vote

Pour certains, voter a été compliqué ce dimanche...

Si on peut se réjouir du regain de participation aux élections européennes ce dimanche, il reste malgré tout assez faible avec à peine un électeur sur deux s'étant déplacé aux urnes. Certains, à leur insu, d'ailleurs en raison de bugs dans le nouveau fichier national électoral. Pour d'autres, ce fut compliqué également d'accomplir son devoir de citoyen et ont du faire preuve de patience. En cause des problèmes sur les listes électorales avec la suppression de certaines personnes, problèmes d'état-civil ou encore des cartes d'électeurs non reçues...

La raison de ces dysfonctionnements c'est la mise en place d'un Répertoire électoral unique (REU). Décidé en 2016, c'était la première fois ce dimanche qu'il entrait en application, alors que jusque-là les listes électorales étaient gérées par les communes. Et le nouveau système géré par l'Insee ne semblait pas encore tout à a fait au point.

A Tours ce sont ainsi 17 000 électeurs qui n'avaient pas reçu leur nouvelle carte électorale. D'autres nous ont signalé (dont un membre de notre rédaction) des problèmes pour voter également, en raison de changements à l'êtat-civil non pris en compte comme des changements d'adresse.

Des électeurs pour certains qui n'ont pas pu voter en raison de radiation des listes suite à un bug informatique du nouveau répertoire national. Pour ces derniers, le parcours du combattant s'est relevé encore plus compliqué avec l'obligation de se rendre au tribunal d'instance à Tours afin d'obtenir le sésame qui leur permettrait de voter. Une lectrice d'Info Tours nous explique : « Ce fut une journée de galère pour pouvoir faire mon devoir de citoyenne ! » Après un changement de domicile en janvier 2019, cette dernière s'était inscrite par Internet sur les listes électorales le 30 Mars 2019. Voyant qu'elle ne recevait pas sa carte éléctorale, elle s'est pourtant déplacée en amont dans sa mairie où on lui avait dit que tout serait bon. Inscrite sur les listes de la commune, elle est inconnue du fichier national et a du donc passer au tribunal d'instance avec plusieurs documents justificatifs. Après plusieurs dizaines de minutes d'attente elle a pu obtenir l'attestation d'un magistrat lui permettant de retourner à son bureau de vote.

D'autres n'ont pas eu cette patience et sont repartis face à l'attente au tribunal. « Déjà qu'on a pas reçu les programmes dans les boites aux lettres, si il faut perdre une journée pour voter, ce n'est pas la peine. Du coup je n'y suis pas allé » nous confie ainsi un lecteur... Au total, il y aurait 15 000 cas problématiques rien que sur la ville de Tours.