Indre-et-Loire

Emmanuel Macron bientôt de retour en Touraine ?

Le président du Conseil Départemental fait tout ce qu'il peut pour l'obtenir.

Ce jeudi 2 mai c'était la journée du maire d'Amboise et du président de la région Centre-Val de Loire. Gros moment pour Christian Guyon et François Bonneau qui recevaient Emmanuel Macron au Château Royal puis au Clos Lucé pour le 500ème anniversaire de la mort de Léonard de Vinci, une date célébrée toute l'année en Amboisie et à l'échelle régionale avec plus de 700 événements.

Même si le sujet n'a pas fait l'ouverture des 20h ou la Une du quotidien Libération, faire venir le président plus de 4h dans une ville de 13 000 habitants c'est rare, donc fort. Surtout quand un deuxième président fait partie du cortège, en l'occurrence l'Italien Sergio Mattarella. On parle alors de sommet, et c'est tout de suite très classieux aux yeux de certains.

A LIRE AUSSI :Reportage dans les rues d'Amboise sur 37 degrés

Cette journée, le chef de l'État en a évidemment profité pour assurer sa propre communication, donc faire campagne sur l'idée d'une amitié franco-italienne indéfectible depuis 500 ans. A seulement 3 semaines des élections européennes, il retient ce qui l'arrange après les très grosses brouilles gouvernementales récentes. C'est gros comme une montagne mais ça passe, même si ce genre d'enjeux semblait complètement échapper à la population d'Amboise croisée jeudi.

Cela dit, Emmanuel Macron a aussi pris du temps pour rencontrer des porteurs de projets ou des jeunes (à Chambord). De belles images capables de tourner sur les réseaux sociaux ou les médias en France et en Italie, sans compter tous les sujets journalistiques produits autour de Léonard de Vinci en ce début de mois de mai. Une effusion.

Forcément, un tel déploiement de caméras et d'objectifs braqués sur la Touraine ça fait des envieux. On l'a dit, le président de la région François Bonneau était aux premières loges. Rien ne pouvait gâcher sa journée, même pas la polémique relancée par La Tribune de l'Art sur des travaux illégaux au Clos Lucé avec dépôt de plainte. Également parmi les invités VIP du jour, le président du département d'Indre-et-Loire Jean-Gérard Paumier a pu profiter du décor. Mais apparemment pas assez à son goût (même pas un petit message sur le Facebook officiel)...

C'est sûr, l'élu LR veut plus. Dès lundi, il avait ainsi contacté la presse pour indiquer qu'en marge de ce déplacement présidentiel il avait invité Emmanuel Macron à venir voir également la maison de Rabelais à La Devinière, trouvant dommage de ne pas honorer également cet autre personnage illustre de l'époque Renaissance. Dont acte. Ce jeudi soir, le président à peine reparti, nouveau mail dans la boîte : "le Président de la République et Madame Macron, qui connaissent déjà le Prieuré de Saint Cosme de Ronsard (à La Riche, ndlr) ont manifesté un intérêt marqué pour Rabelais et son œuvre, et ont accepté d'emblée l'invitation de venir visiter la Devinière courant 2019."

Formule de politesse élyséenne et promesse en l'air ou réel engouement pour la proposition ? On le saura au plus tard le 31 décembre à 23h59. Ce serait alors le 3ème déplacement présidentiel en Touraine depuis l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron. Même si ses ministres viennent dans le coin quasiment chaque semaine, ça commencerait à faire beaucoup. Jean-Gérard Paumier cherche ainsi à exister aux côtés de la Région en première ligne pour les 500 ans de la Renaissance. Elle a mis de gros moyens en jeu, et derrière le Conseil Départemental se raccroche aux branches. Même très impopulaire dans l'opinion, Emmanuel Macron reste donc bankable.

Et si jamais il n'honore pas sa promesse, Jean-Gérard Paumier pourra toujours se rattraper sur Stéphane Bern. Présent à Amboise jeudi, l'animateur télé fan d'histoire (mais dont la dernière émission a tendance à agacer comme on peut le lire ici) a promis de venir visiter la Cité Royale de Loches et sa Collégiale en rénovation.

Photo : Région Centre-Val de Loire