Indre-et-Loire

Indignation après la découverte de croix gammées à Amboise

Sur le chantier de la mosquée.

5 croix gammées, parfaitement reconnaissables, tagguées au niveau du chantier du centre culturel turc et de la mosquée d'Amboise... Voilà ce qui a été découvert ce mardi matin. Sans tarder, les gendarmes ont lancé une enquête : apposer cette insigne utilisée comme emblème par les nazis sous Hitler au moment de la seconde guerre mondiale tombe clairement sous le coup de la loi.

Quand les croix gammées ont-elles été apposées ? Par qui ? Pourquoi ? Voilà les questions auxquelles les enquêteurs amboisiens vont désormais devoir répondre. Les inscriptions pourraient remonter à ce lundi 7 janvier. Elles ont été réalisées à l'aide de peinture rose.

L'association culturelle turque d'Amboise compte porter plainte suite à ces faits. Sans attendre, le député de la circonscription amboisienne Daniel Labaronne (LREM) s'est rendu sur les lieux pour condamner l'acte : "Je suis ce matin à Amboise pour apporter mon soutien à la communauté turque d'Indre-et-Loire et plus largement à tous les musulmans qui aspirent à pratiquer leur religion dans la sérénité et le respect des lois de la République. Je condamne avec la plus grande fermeté les tags de croix gammées qui viennent d’être commis sur le chantier du centre culturel et de la mosquée turcs d’Amboise. Comme l’antisémitisme, l’islamophobie doit être combattue et la liberté de culte assurée. C’est un devoir républicain et laïque. Je souhaite que l’auteur de ces sinistres inscriptions néo-nazies soit promptement identifié et traduit en justice."

La préfète d'Indre-et-Loire Corinne Orzechowski a également condamné "avec la plus grande sévérité" les dessins de ces croix gammées. Le sous-préfet de Loches et le maire d'Amboise ont été rencontrer la communauté turque musulmane de la ville.

A noter qu'en 2013 déjà le même chantier de la Rue des Ormeaux, au sud du quartier de la Verrerie, avait été profané : des têtes de porcs y avaient été retrouvées.

 

Photo publiée par le député Labaronne mardi.