Indre-et-Loire

A10 : un recours contre l'élargissement vers le Sud

Déposé par une association de riverains.

C'est le plus grand chantier des prochaines années en Touraine : l'élargissement de l'A10 entre Veigné et Ste-Maure-de-Touraine (distance : 24km), puis jusqu'à Poitiers. Dans toute cette zone, l'autoroute doit passer de 2 à 3 voies, comme c'est déjà le cas dans l'agglo tourangelle et jusqu'à Veigné (la nouvelle portion a été mise en service fin 2018).

L'objectif affiché ? Fluidifier le trafic sur une portion d'autoroute très empruntée par les camions (20% de poids lourds contre 13% en moyenne au niveau national). Déclaré d'utilité publique début août, le projet est entré dans sa phase concrète sur le terrain avec le lancement des premières études archéologiques et des actions pour protéger la faune et la flore aux abords de la zone où évolueront les ouvriers. Suivront ensuite les travaux à proprement parler à partir du printemps 2019. Si le calendrier est respecté, la section Veigné / Ste-Maure devrait être achevée en 2023, pour un budget de 244 millions d'euros.

Néanmoins, comme elle l'avait envisagé, l'association de riverains Agir A10 vient d'annoncer le projet de dépôt d'un recours pour faire annuler la déclaration d'utilité publique du chantier. Soutenue par l'ancienne ministre et militante écologiste Corinne Lepage, la mesure qui doit être faite auprès du tribunal administratif d'Orléans concerne plus particulièrement la question du bruit.

"L'Autorité environnementale l'a souligné dans son avis rendu en octobre 2017 : l'étude acoustique ne respecte pas la notion de ''transformation significative''. Elle aurait dû se pencher sur l'ambiance sonore des 1921 bâtis que comptent l'aire d'étude et pas seulement sur 179, soit moins de 10 %" écrit l'association sur la page d'une collecte lancée pour récolter des fonds afin de financer sa démarche judiciaire dans les prochaines semaines. Son objectif est surtout d'alerter sur une législation pas assez sévère en matière de bruit.