Indre-et-Loire

Le Centre-Val de Loire a perdu 17% de ses gynécologues en 5 ans

Et 7% de ses médecins.

Depuis la réforme de la carte des régions de France, le Centre-Val de Loire est la moins peuplée du pays (Corse exceptée) et ce n'est pas son seul point faible. Une étude de l'INSEE publiée cette semaine pointe son retard en matière d'accès aux services, c'est-à-dire les commerces ou encore les professionnels de santé.

Menée sur 5 ans (2012-2017) l'enquête de l'institut de la statistique révèle par exemple que, sur cette période, la région a perdu 7,4% de médecins et 17% de gynécologues, de quoi bien confirmer l'impression de désert médical. D'autant plus que les pharmaciens et les dentistes sont aussi en baisse, ce qui n'est pas le cas dans le reste du pays.

Au total, même si l'accès global aux services s'améliore en Centre-Val de Loire, il progresse deux fois moins vite que la moyenne nationale. dans nos six départements : on compte 64 300 points d'accès de services (boulangeries, banques, pharmacies, coiffeurs...), +6,5% entre 2012 et 2017 contre +13% sur l'ensemble du pays. Seule la Bretagne fait moins bien.

On constate tout de même des hausses : +83% de sage-femmes... mais c'est directement lié à la pénurie de gynécologues. Les infirmiers et orthophonistes voient également le nombre d'ouvertures de cabinets progresser. Dans un autre domaine, on trouve plus facilement des pros du BTP (plâtrier, plombier...), de salons de beauté ou de réparateurs de voitures, sans doute grâce à l'essor des auto-entreprises, souligne l'INSEE. Ah, et plus d'agences immobilières (+13%) et d'auto-écoles (+20%).

Dans le commerce, -10% de magasins de chaussures, -17% de libraires et de marchands de journaux (d'ailleurs, le kiosque de Jean Jaurès va fermer à Tours). Les boucheries et charcuteries disparaissent aussi (-10%). Pourquoi ? L'INSEE cite la concurrence des grandes enseignes d'hypermarchés et d'Internet. Les magasins de meubles, d'optique ou de vêtements ont eux mieux résisté à cette hémorragie.

On notera enfin que c'est plutôt en périphérie des grandes villes que le nombre de services s'accroît en Centre-Val de Loire (+13% en banlieue, +7,6% dans les courronnes des agglos) alors que cette augmentation est plus mesurée en centre-ville (+5% tout de même). Malgré cette différence d'accélération de marché, les centres-villes restent mieux équipés que les banlieues à Tours ou Orléans.