Indre-et-Loire

Chaleur + Coupe du Monde = des touristes timides en Indre-et-Loire

Beaucoup de professionnels jugent la saison estivale morose.

Un mercredi matin de début août autour des Halles de Tours : les restaurants annoncent leurs dates de fermeture estivale, les habitués sont là, et c'est à peu près tout... "A Amboise et Montrichard c'est autre chose, mais Tours n'est pas une ville de touristes" glisse un maraîcher entre deux clients.

Il n'est pas le seul à trouver cet été un peu calme... Pour le mois d'août, 45% des professionnels du tourisme estiment les réservations "moyennes" selon un premier bilan de la haute saison publié cette semaine par le Comité Régional du Tourisme en Centre-Val de Loire.

Moins de Français et de Britanniques

Réalisée à partir d'un sondage auprès des hôteliers, des restaurateurs ou des entreprises proposant des activités de loisir, l'enquête donne un début de tendance pour le mois de juillet, en attendant les chiffres définitifs qui seront dévoilés en fin d'année.

Verdict : fréquentation touristique bonne pour 34% des personnes interrogées, moyenne pour 38% des sondés et mauvaise pour les 28% restants.

Dans le détail, 57% des professionnels estiment que la fréquentation est moins importante qu'en juillet 2017, 21% la ressentent comme plus forte. Ce sont principalement les Français qui font défaut : 42% des sondés ont l'impression d'en voir moins en 2018, alors que 30% d'entre eux affirment que la clientèle étrangère est plus nombreuse, principalement les Belges et les Néerlandais. Les Britanniques semblent eux moins présents, peut-être à cause du Brexit.

Les campings et les gîtes pâtissent principalement de cette faible présence de juilletistes. Les raisons évoquées ? Le beau parcours de la France en Coupe du Monde de foot qui a retardé le départ des tricolores, mais aussi les fortes chaleurs qui n'ont pas incité à faire beaucoup de folies... à part pour profiter d'activités dans l'eau (canoë...).

Il y a tout de même des bonnes nouvelles : globalement les loueurs de vélos sont satisfaits, sachant que la Loire à Vélo a vu sa fréquentation progresser de 7% de janvier à juin (les chiffres de juillet ne sont pas encore connus). Les offres de dernière minute pourraient également sauver la fin de saison... si la météo est au rendez-vous.